• Le Droit > 
  • Arts 
  • > La puissante voix de Lisa Fischer enflamme la scène 

La puissante voix de Lisa Fischer enflamme la scène

La voix puissante de Lisa Fischer a récolté... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La voix puissante de Lisa Fischer a récolté cris et applaudissements à la moindre envolée.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Vêtus d'une «p'tite laine», les visiteurs sont venus nombreux - quelque 2500 - pour applaudir Lisa Fischer, celle qui a partagé la scène comme choriste avec les Rolling Stones, Sting, Tina Turner et Nine Inch Nails donnant le coup d'envoi à la 35e édition du Festival de jazz d'Ottawa au parc de la Confédération.

Dès la première chanson, la chanteuse à l'aube de la soixantaine annonce ses couleurs, modulant sa voix ensorcelante, en douceur, dans toutes les tonalités.

Les spectateurs tendent l'oreille religieusement, nombreux découvrant cette grande dame de la chanson dont la carrière a connu un élan nouveau grâce à sa participation au documentaire 20 Feet From Stardom, paru en 2013, et couronné d'un Oscar.

Ne perdant pas une seconde, elle dévoilera ensuite toute l'étendue de son talent, sa voix puissante récoltant cris et applaudissements à la moindre envolée. Faut-il le rappeler, la New-Yorkaise a remporté en 1992 un prix Grammy pour son succès How Can I Ease the Pain dans la catégorie R & B.

Grande classe, elle présentera sans tarder ses musiciens, une complicité évidente régnant entre Jean-Christophe Maillard, directeur musical et guitariste, Thierry Arpino à la batterie et aux percussions et Aidan Carroll à la basse, les trois hommes portant aussi le chapeau de choriste.

Lorsque les premières notes de Rock'n'Roll de Led Zeppelin se feront entendre, on devinera rapidement qu'elle nous en mettra plein la vue et les oreilles.

Ce grand succès revisité et trituré à souhait, le bon vieux rock servira tout de même de trame à ce qui sera un jouissif délire musical.

Improviser avec sa voix

Dans une version résolument jazz de Fever, Lisa Fischer s'en donnera à coeur joie pour improviser et laisser sa voix s'enfuir là où elle le veut bien.

Quant aux musiciens, la scène deviendra pour un eux un grand terrain de jeu, les solos s'enfilant les uns après les autres, leur virtuosité se déployant à chacun des sons qu'ils tireront de leur instrument. D'ailleurs, il en sera ainsi pour la plupart des compositions, chacun des membres du Grand Baton travaillant visiblement de façon organique.

Ils enchaîneront ensuite avec Jumping Jack Flash des Rolling Stones, Addicted to Love de Robert Palmer et autres, la chanteuse n'en finissant plus de surprendre, d'étonner et de renverser le public par son charisme et sa voix qui saura se marier à tous les styles, du jazz au soul, en passant par le gospel, le rock, le folk et la pop.

À surveiller ce soir, la chanteuse Cyrille Aimée et son jazz manouche ainsi que la talentueuse formation The Roots, les musiciens déjantés de Jimmy Fallon. Dimanche, la pianiste canadienne Ranee Lee, lauréate de quatre prix Juno, ainsi le trompettiste américain Chris Botti.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer