• Le Droit > 
  • Arts 
  • > Un show à la hauteur du Rockfest 

Un show à la hauteur du Rockfest

Les Cowboys fringants n'offriront pas beaucoup de spectacles... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Les Cowboys fringants n'offriront pas beaucoup de spectacles cet été puisqu'ils sont en préparation pour le 9e album du groupe. Par contre, ils vont se déchaîner sur la scène du Rockfest samedi soir.

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Cowboys Fringants ne donneront pas plus de cinq spectacles cet été. Les festivaliers du Rockfest peuvent donc se compter chanceux, puisque la gang vient rafraîchir ses chevaux au corral de Montebello, samedi.

Le quatuor a en effet décidé de mettre la pédale douce sur le live. Un peu pour se concentrer sur derniers préparatifs de son neuvième album studio, dont la sortie est prévue pour l'automne; mais également pour ménager la violoniste, Marie-Annick Lépine, qui doit accoucher à la mi-juillet. Toutes les dates prévues après le 4 juillet, témoigne le bassiste de la gang, Jérôme Dupras, ont notamment été reportées en prévision de l'arrivée de ce mini-Cowboy - le papa étant nul autre que le chanteur du groupe, Karl Tremblay.

Ce sera leur tout premier passage au Rockfest. La présence des tonitruants voisins avec qui ils partageront le site ne les intimide pas le moins du monde, eux aussi pouvant se montrer fort bruyants. «On a beaucoup d'estime pour ce festival, qui est capable de rassembler une belle brochette d'artistes. On n'est jamais venus, mais ça semble être un peu la même ambiance que Woodstock en Beauce, où on s'est souvent produit, et qui est pour nous un endroit fétiche. Un festival avec un bel esprit, axé sur la musique et sur la fête...»

La prestation sera courte, mais intense et sans ballade.

«Sachant qu'on va être entourés de grands artistes, on va essayer de donner une prestation très dynamique, enflammée, pour que les gens se rappellent qu'on y était aussi! [...] On est là seulement une heure, mais ce sera une heure 'musclée'. On n'aura pas trop le temps de souffler entre les pièces...»

«Ça me fait doublement plaisir de jouer à Montebello, parce que j'y passe à chaque semaine», laisse entendre Jérôme Dupras, qui enseigne au département de sciences naturelles de l'UQO, à Ripon.

Gus Van Go et de Werner F.

Présentement en mode studio, les Cowboys Fringants préparent quelque chose qui ne «dépaysera» pas les fans, soutient M. Dupras. «Ça reste du Cowboys Fringants, avec des chansons engagées qui bougent et d'autres plus intimistes».

La grosse différence, souligne-t-il, c'est la présence de Gus Van Go et de Werner F., le tandem new-yorkais qui a réalisé les plus récentes galettes de Caféine, Les Trois Accords et Grimskunk. «On a eu envie d'une nouvelle approche de son, un travail différent, des nouvelles idées venues de l'extérieur.»

«On est dans la continuité... mais toujours avec le désir de se renouveler, d'aller toujours un petit peu plus loin, soutient le bassiste. C'est sûr qu'on a des thèmes un peu récurrents - mais universels - comme l'amour et la nostalgie, qu'on cristallise à travers ses personnages.»

«Certaines nouvelles chansons parlent d'environnement - un de nos sujets de prédilection. C'est sûr que le contexte politique, tant québécois que Canadien, de la dernière année a bien influencé la saveur des pièces engagées», souligne le bassiste de la formation aux penchants indépendantistes affichés.

L'album «reflète 2014; il a plutôt la couleur de la fin de règne - espérons-le - du gouvernement conservateur [à Ottawa] et l'arrivée en poste des libéraux, et leur politique d'austérité». Deux morceaux traitent du climat austérité: «l'une directement, dénonciatrice, et l'autre en adoptant un point de vue plus humoristique», révèle-t-il. «On sentait qu'on avait besoin de toucher à ces questions plus 'sociales-progressistes'.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer