Bonheur au Maxim(um)

Dans Enfin, Maxim Martin se met à nu,... (Yan Doublet, Archives Le Soleil)

Agrandir

Dans Enfin, Maxim Martin se met à nu, pioche sur tous ses travers, comme il l'a fait auparavant - et vertement - sur ceux des autres.

Yan Doublet, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Vingt-cinq!» s'écrie Maxim Martin quand on lui demande sur une échelle de 10 quel est son indice du bonheur. Lui qui, depuis 10 minutes, recense pêle-mêle ses bons coups; lui, un homme si heureux d'avoir repris le contrôle de sa destinée, son douloureux passé de débauche étant mort et enterré.

«Je n'ai jamais travaillé aussi fort à un spectacle, ajoute-t-il au téléphone, en voiture quelque part au centre-ville de Montréal. J'en récolte les fruits, les critiques me le confirment et le public aussi.»

Entamée le 25 février, sa tournée Enfin, qui s'arrête mercredi à Gatineau, va bon train. Des dates ont été ajoutées jusqu'en 2017.

Ici, l'humoriste se met à nu, pioche sur tous ses travers, comme il l'a fait auparavant - et vertement - sur ceux des autres.

«Je n'aurais jamais pensé qu'un spectacle écrit au "je" se transformerait autant en "nous" dans la salle», explique-t-il d'une voix émue.

«Les gens se reconnaissent et m'écrivent abondamment pour me le dire. Quand un show a une deuxième vie en dehors de la salle, on peut dire "mission accomplie".»

Repousser ses limites

Ce retour en force sur les planches, il le doit à son grand ami Christian Viau qui signe la mise en scène et dont le rôle, tout au long du processus, ressemblait à celui d'un entraîneur sportif.

«Il m'a poussé au maximum. Chaque virgule, chaque geste a été pensé. Entre le 6 janvier et le 25 février, je n'ai eu que deux jours de congé.»

«Il m'a enlevé tous les tics que je traînais depuis 20 ans, que ce soit dans ma façon de bouger ou, encore, dans ma livraison, renchérit Maxim Martin. Personnellement, je suis rendu ailleurs, mais techniquement aussi. Ça joue beaucoup sur la confiance, ça.»

Cet «ailleurs» s'apparente à une oasis de plénitude où il compte bien trouver demeure.

«Avec le temps, l'ego s'estompe, la carapace s'amincit, la paix s'installe. Je n'ai plus rien à cacher. Il fut un temps où j'étais constamment enragé, où il y avait un fossé entre le personnage public et l'homme. C'est le fun de montrer enfin qui je suis vraiment.»

Et alors, qui est Maxim Martin?

Pas de réponse. La communication est-elle coupée?

«Ouf... Je suis coincé, là, laisse-t-il filer, nous rappelant qu'il est encore au bout du fil. Je ne peux pas dire qui je suis. Mais je peux dire que je ne pensais pas retrouver un jour le bonheur, de connaître à nouveau le succès.»

«Je sais que ça fait "cucul", j'ai l'impression d'être un biscuit chinois sur deux pattes quand je dis ça, mais ça fait tellement de bien de se lever le matin avec le sourire.»

Il prendra ensuite quelques minutes pour donner de l'argent à un squeegee et réfléchir à l'amour, sujet qu'il a abordé sur le plateau de Tout le monde en parle et dont on aimerait connaître la suite.

«L'amour, c'est le dernier bout qui me reste à régler, soupire-t-il. Je peux en donner, dire aux autres que je les aime, mais en recevoir, c'est une autre affaire. Quand tu reviens du Vietnam de ta vie, il n'y a plus grand chose qui te fait peur, donc, non, l'engagement ne m'effraie pas. J'ai presque tout perdu; j'ai retrouvé une certaine normalité; ma carrière est ma priorité en ce moment.»

Bien qu'il surfe présentement sur la vague - un projet important sera notamment annoncé mardi - Maxim Martin reste lucide.

«Je ne suis pas à l'abri d'un autre échec, constate-il. Mais cette fois-ci, je suis outillé plus que jamais pour affronter les obstacles. J'ai finalement enchaîné le saboteur en moi qui me faisait boire et consommer, beau temps, mauvais temps.»

Pour y aller

QUAND? Mercredi 13 mai, 20h

OÙ? Salle Odyssée

RENSEIGNEMENTS: www.maisondelaculture.ca; 819-243-2525

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer