Ça tourne pour le 17e FFO

Didier Farré, président du FFO, en compagnie de... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Didier Farré, président du FFO, en compagnie de la présidente d'honneur du festival, Tanya Lapointe, et de l'ambassadeur de France, Nicolas Chapuis.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est parti pour le 17e Festival du film de l'Outaouais (FFO) après la cérémonie d'ouverture, vendredi soir, au Cinéma 9.

Officieusement, des films sont présentés depuis jeudi soir, mais c'est vendredi que le FFO commençait de manière officielle avec la diffusion du film Les Souvenirs du réalisateur Jean-Paul Rouve.

Élus, représentants du monde artistique et membres du public ont rempli la salle pour souligner le lancement de la fête du cinéma en Outaouais. Le président du FFO, Didier Farré, a d'ailleurs tenu à remercier le public lors de son discours d'ouverture, le remerciant d'être présent année après année.

Rencontré après la cérémonie, M. Farré s'est dit plutôt satisfait de la programmation offerte cette année.

«Jusqu'à maintenant, tous les journalistes me disent que la programmation est extraordinaire», affirme le président du festival, qui ne manque pas de souligner avoir eu vent d'une compétition amicale chez Radio-Canada pour trouver un mauvais film dans le catalogue du FFO 2015.

Encore cette année, il est heureux de présenter des films qui, à son avis, n'ont pas eu la place qu'ils méritaient sur les grands écrans du Québec. Des longs métrages comme Whiplash, Leviathan et L'Armée Rouge.

«Je ne suis pas impressionné par un festival qui va montrer 400 films. Ce qui est important pour moi, c'est d'essayer de montrer de bons films pour que les gens aient du bonheur. C'est sûr que tout le monde n'a pas les mêmes sensibilités, mais on ne peut pas reprocher que ce soit des films sans intérêt.»

Au courant de la prochaine semaine, le FFO présentera les primeurs internationales Une nouvelle amie, Respire, Timbuktu, Elle l'adore et L'homme qu'on aimait trop, en plus d'ateliers par les réalisateurs Patrick Gazé, Micheline Lanctôt et Léa Pool.

Le Festival international du court-métrage en Outaouais (FICMO) s'intègre également de nouveau au FFO avec une offre augmentée de 62 films qui seront présentés au Cinéma 9 et au Cinéma Aylmer chaque jour. La finale avec la présentation des courts-métrages finalistes aura lieu mercredi prochain au Cinéma Aylmer.

Maurice Graffin... (Martin Roy, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Maurice Graffin

Martin Roy, LeDroit

Un Totem d'or pour Maurice Graffin

Le FFO a remis un Totem d'or - réservé à des artisans qui ont marqué l'univers cinématographique - à un grand du cinéma dans la région: Maurice Graffin.

Impliqué dans le tournage de plusieurs de courts et longs métrages, principalement au début de sa carrière, en France, M. Graffin s'est fait connaître en Outaouais en raison de son animation d'émissions consacrées au cinéma à Télé 3 (aujourd'hui MaTV) et à Unique FM. Il a également été critique de cinéma pour LeDroit et Radio-Canada.

Le principal intéressé, arrivé de l'aéroport au tout début de la cérémonie, affirme accepter la reconnaissance «avec beaucoup d'humilité».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer