• Le Droit > 
  • Arts 
  • > Les émergents: premier état des lieux 

Les émergents: premier état des lieux

Mélanie Rivet (et D-Track); Jason Brennan et Sonia Bonspille-Boileau,... (Photomontage LeDroit)

Agrandir

Mélanie Rivet (et D-Track); Jason Brennan et Sonia Bonspille-Boileau, de Nish Média; Caroline Yergeau.

Photomontage LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cette semaine, nous retrouvons trois des six artistes et collectifs émergents que nous suivrons dans leurs divers projets cette année: Neige-galerie, Nish Média et Caroline Yergeau.

Samedi prochain, ce sera au tour de Dinorah Catzalco, Céleste Lévis et Simon Renaud.

Diffusion aux couleurs de la maison Neige-galerie

Salon du livre de l'Outaouais, dimanche dernier. Près du présentoir des livres publiés par Neige-galerie, Mélanie Rivet enlève son chapeau d'auteure pour enfiler celui de responsable diffusion de la jeune maison d'édition de la région.

«Le Salon, c'est un beau prétexte pour ramener à l'avant-plan nos titres déjà parus et confirmer notre existence, mais aussi pour faire connaître notre travail et nos différents projets à venir», souligne-t-elle.

Mélanie Rivet a d'ailleurs profité du passage de David «D-Track» Dufour (avec elle sur la photo) pour discuter du plan de match que l'équipe peaufine en prévision du lancement de son livre, plus tard cette année.

«Tout, de notre site Internet à nos interventions sur les médias sociaux, se doit d'être aux couleurs de la maison, de porter une signature unique et identifiable», fait valoir l'agente de communications Mylène Viens.

«Dès qu'un titre est confirmé pour publication, nous développons une stratégie pour créer un spectacle ou une exposition autour du livre, et en trouvant des partenaires pour soutenir, voire accueillir nos événements, renchérit Mélanie Rivet. Pour David, par exemple, nous allons prévoir avec lui une prestation de slam pour accompagner la sortie de son recueil. Mais en amont, il va signer une campagne de promotion différente, par le biais de la twittérature. Pour se démarquer, il faut aller au-delà de la seule diffusion d'un livre.»

Car la clé du succès, pour tout éditeur, demeure de faire connaître ses livres.

«Il faut se bâtir une réputation, explique Mme Rivet. Nous avons pu compter sur un co-éditeur, Art global, pour notre premier livre, Ludwig. Ça nous a ouvert des portes pour intéresser un distributeur, Flammarion. Sans distributeur, il n'est vraiment pas facile de se positionner sur le marché, notamment en librairies.»

Le défi est d'autant plus grand que Neige-galerie marie allégrement les genres (poésie, récit graphique, etc.) et mise sur le visuel (photos, peintures et autres formes d'illustration) pour ses mises en page éclatées.

«Notre approche de supplément numérique place aussi Neige-galerie dans une catégorie à part. C'est ce qui fait l'identité de la maison et la beauté du défi à relever!» soutient Mylène Viens.

Nish Média: Cannes, Banff et Sundance

La petite boîte de production audiovisuelle Nish Média se porte bien, et tous les échéanciers qu'ils s'étaient imposés ont été respectés, laissent entendre le producteur Jason Brennan, et sa complice, la réalisatrice Sonia Bonspille-Boileau.

Le duo vient même d'embaucher un neuvième employé à temps plein, qui, dès lundi, s'occupera du volet «développement de projets», tâche «fondamentale» que Jason Brennan assumait jusque-là.

«On développe en parallèle une douzaine de projets, de façon à en avoir au moins cinq concrets à présenter, en plus du film» lorsque l'équipe débarquera au World Television Media Festival de Banff, en juin, pour «retisser» des liens avec les diffuseurs et financeurs.

Le tournage de leur premier long-métrage de fiction, Le Dep, mis en boîte à Val-des-Monts en janvier, s'est achevé sans contretemps. «Il y avait énormément de contenu à tourner en très peu de temps ; la grande victoire, c'est qu'on a fait très peu de compromis», concède la réalisatrice, ravie de n'avoir pas eu à recourir à son plan B.

Vu le microscopique budget du film, M. Brennan craignait que s'ajoutent des journées de tournage, à cause de changements de lumière ou de température qui auraient pu affecter les scènes tournées à l'extérieur.

Voir Le Dep en compétition au festival de Cannes est plus que jamais leur objectif. Une «première version» a été envoyée il y a deux semaines à Téléfilm Canada, qui défendra bientôt la candidature du film face à une délégation de trois juges cannois au Canada. Mais rien n'est acquis, d'autant que ces juges devront ensuite convaincre leurs pairs en France. Brennan espère aussi pouvoir présenter le film à Sundance.

Pour que cette version préliminaire (dite «picture lock») soit prête à temps, il a fallu ruser. Le montage a commencé dans l'urgence, sur le lieu du tournage, indique M. Brennan.

Pendant que le musicien gatinois Michel DeMars travaille sur la trame sonore du Dep, «inspirée par le froid», Sonia Bonspille-Boileau et son directeur-photo Patrick Kaplin peaufinent la qualité de l'image du Dep.

En ce moment, dans le milieu de la télé, c'est la période des dépôts de projets, en vue d'une diffusion en 2016. Deux idées de séries ont été soumises à la chaîne APTN,

En parallèle, l'équipe s'use les méninges sur un documentaire sur un jeune gatinois fan d'arts-martiaux, La fosse aux tigres, prévu pour Canal D. Sonia, elle, achève le scénario d'un autre long-métrage, Red Side Stories.

Qu'est ce qui fait courir Caroline Yergeau?

On glane un moment libre dans l'horaire plutôt chargé de Caroline Yergeau. Pour notre deuxième entrevue, la metteure en scène, directrice du Théâtre Belvédère, revient sur les temps forts de sa saison artistique. Pas de dépôt de bilan, pas de coups de théâtre non plus. Juste les aléas ordinaires d'une carrière très polyvalente. En ligne de mire? La mise en scène de Cinéma, une création de Mishka Lavigne produite par le Théâtre la Catapulte en partenariat avec le Théâtre Belvédère.

Après huit mois de recherches tous azimuts pour dégoter «un espace théâtral non conventionnel», l'équipe artistique a enfin trouvé un lieu aux représentations prévues du 29 avril au 1er mai: elles se tiendront au 2241, rue Gladwin. L'adresse non pas d'un nouveau théâtre mais d'un vieil entrepôt industriel d'Ottawa. «Nous cherchions un espace en correspondance avec l'état d'esprit des personnages de la pièce: vide et décrépit.»

Voilà donc une bonne chose d'accomplie dans la - longue - liste de projets que mène Caroline Yergeau parallèlement à son métier d'orthophoniste. Le plus encourageant, assure-t-elle, c'est que la pièce s'inscrive dans la biennale Scène Ontario organisée par le Centre national des arts. Cela signifie un coup de pouce non négligeable en matière de publicité, doublé d'un «sentiment d'appartenir à l'effervescence artistique ontarienne».

À ce chapitre, elle revient sur sa participation au grand marché des arts vivants de Contact Ontarois, en janvier, où elle produisait le spectacle jeune public Leitmotiv. «Le projet n'a pas intéressé les diffuseurs dans sa forme actuelle, partage-t-elle sans ambages, mais on nous a encouragés à améliorer notre travail en apportant des modifications majeures au spectacle.»

Cette première incursion dans l'univers impitoyable de la vente de spectacles «épuisante mais intéressante» lui aura néanmoins permis de mieux cerner les attentes des programmateurs et d'élargir son réseau de contacts.

Quant à la demande de subvention soumise au Conseil des arts du Canada en appui à son projet de théâtre documentaire sur les escorts, ce sera niet pour l'heure... «Le plus difficile, c'est de mener à bien nos rencontres qui ont tendance à se dégonfler quand elles se concrétisent», regrette-t-elle avant de rappeler son courriel pour prendre contact: theatrebelvedere@gmail.com. «Appel aux escorts!»

Caroline Yergeau n'attendra pas les candidats en se tournant les pouces: il lui reste encore les animations théâtrales du parcours Vanier à préparer (13 au 23 mai), une participation récente au collectif d'auteurs Poids Plumes à honorer... Une artiste à l'emploi du temps de ministre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer