• Le Droit > 
  • Arts 
  • > Des connaissances, mais surtout du plaisir 

Un documentaire démystifie le travail de Véronique Rivest

Des connaissances, mais surtout du plaisir

Soif est un bar à vin avant toute... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Soif est un bar à vin avant toute chose. La cuisine, pour une fois, agit comme accompagnement aux vins et non l'inverse. C'est ce que Véronique Rivest elle-même disait il y a quelques mois.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pour préserver toutes ses facultés olfactives et gustatives. Car pour monter sur la deuxième marche du podium du concours de Meilleur sommelier du monde à Tokyo, en 2013, cette passionnée du vin s'est entraînée telle une athlète olympique.

Goûtant pas moins de six vins différents (entre 20 $ et 50 $ chacun) par jour, à raison de six jours par semaine et de 50 semaines par an. Étudiant les cépages et vignobles, les accords mets et vins, comment chambrer une bouteille et la servir, mais aussi quel cigare pourrait bien accompagner tel porto ou tel whisky après un repas, etc. Voyageant, aussi, pour visiter les producteurs de vins des quatre coins de la planète. Et payant encore les dettes encourues pour ses premiers concours...

« Je suis une éternelle étudiante ! » explique tout sourire Véronique Rivest, accoudée au comptoir de Soif, son bar à vin du secteur Hull.

« Le vin me donne l'occasion d'être en apprentissage constant, ce qui rejoint parfaitement mon côté généraliste. Je n'ai pas à choisir : je fais de la géographie, de l'histoire, de la chimie, de l'agronomie... Parce qu'un vin est empreint de traditions, d'histoire, de culture. J'ai appris les grands crus de Chablis, mais ce n'est qu'en allant les goûter sur place que je les ai réellement compris et assimilés. »

Documentaire

En plongeant dans le quotidien de la sommelière gatinoise, le fort intéressant documentaire Au pif - présenté ce soir à 21 h sur les ondes de TV5 - permet de mieux comprendre le travail qui se cache derrière cette deuxième place historique pour une femme dans un monde encore principalement masculin de la sommellerie internationale.

Les réalisateurs Orlando Arriagada (Miss Inc.) et Bachir Bensaddek (Cirque du Soleil : sans filet) l'ont suivie pendant quelque quatre ans, de Gatineau à Tokyo, en passant par Buenos Aires. C'était en 2009, dans le cadre du concours Meilleur sommelier des Amériques.

« Je vivais alors quelque chose d'intense, que j'ai voulu démystifier pour le public, pour que les gens réalisent que nous ne sommes pas des machines, que le vin est certes affaire de connaissances, mais surtout de plaisir ! raconte avec passion Mme Rivest. Nous étions en route vers l'Argentine lorsqu'Orlando et Bachir, que nous avions déjà rencontrés chez nous pour parler du projet, nous ont annoncé qu'ils allaient de l'avant avec le documentaire et seraient à Buenos Aires pour me filmer pendant le concours. Je n'ai alors donné qu'une consigne à mon conjoint Dominique [N.D.L.R. : qui est aussi son coach] : 'S'ils entrent trop dans ma bulle, tu les vires illico !' Je ne pouvais pas me permettre d'être gênée par leur présence. »

Au gré des entrevues et des tournages, les documentaristes sont plutôt devenus des amis. Et si elle n'a pas remporté le titre « américain » en 2009, la Gatinoise l'a décroché trois ans plus tard, s'assurant ainsi de pouvoir participer de nouveau au « Mondial » de la sommellerie.

Occupée par l'ouverture de Soif, ses nombreuses chroniques (dont celles dans LeDroit et à la radio de Radio-Canada) et la préparation des quelque 800 questions des Incollables sur le vin récemment lancé, Véronique Rivest a décidé de se présenter au concours du Meilleur sommelier du Canada, dans trois mois, « sans me préparer, pour voir ce qu'il reste de toutes mes années d'entraînement ». Si elle gagne, elle se donnera quelques jours pour décider si elle se lance de nouveau dans l'année intensive en prévision du Meilleur sommelier du monde de 2016. Si elle ne se qualifie pas, elle se concentrera sur ses 1001 autres projets.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer