• Le Droit > 
  • Arts 
  • > De l'ultra-réalité sur le front belge 

Se battre en Flandre - Gaz. Boue. Mémoire. au Musée canadien de la guerre

De l'ultra-réalité sur le front belge

Le Musée canadien de la guerre poursuit ses... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le Musée canadien de la guerre poursuit ses expositions commémoratives du centenaire de 1914, cette fois en se concentrant sur le vécu des soldats canadiens en Belgique.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Musée canadien de la guerre poursuit ses expositions commémoratives du centenaire de 1914, cette fois en se concentrant sur le vécu des soldats canadiens en Belgique.

Pourquoi ce pays? D'abord, parce qu'il fut le premier victime de la guerre. Les troupes allemandes envahissent la Belgique après que celle-ci eut refusé de les laisser traverser pour attaquer la France. Ce que l'on connaît moins, en revanche, c'est l'implication des soldats canadiens sur le front belge.

Ils y livreront leur premier combat d'envergure, à Ypres, en 1915. Dès la fin de la guerre, ils libéreront la ville de Mons, en novembre 1918. Entre-temps, auront eu lieu la deuxième bataille d'Ypres (1915), la bataille du monde Sorrel (1916), celle de Passchendaele (1917) où quelque 16000 Canadiens furent tués, blessés ou capturés.

«La Belgique a fait partie intégrante de l'expérience canadienne de la Première Guerre mondiale, c'est pourtant un fait moins connu» fait remarquer Melanie Morin-Pelletier, adjointe historienne de la Première Guerre mondiale au Musée canadien de la guerre.

Telle est la mission de Se battre en Flandre - Gaz. Boue. Mémoire, exposition commanditée par le bureau de tourisme VisitFlanders et présentée jusqu'au 26avril 2015: rendre hommage aux victimes du conflit tout en restituant l'ambiance de la guerre telle qu'elle a été vécue par les combattants.

«Comme si vous y étiez»

Entre deux fresques chronologiques et positions fléchées des troupes, on pourra sentir la différence (littéralement) entre le gaz moutarde, le chlore gazeux et le phosgène, tous des gaz toxiques employés comme armes chimiques durant la première guerre. Ainsi le visiteur est-il convaincu, s'il ne l'était déjà auparavant, que ses semblables sont susceptibles de déployer des talents d'ingéniosité pour anéantir et massacrer l'ennemi.

Les masques à gaz font simultanément leur apparition, se perfectionnant à mesure que les attaques chimiques se multiplient. Du simple linge mouillé offrant une protection improvisée sur les champs de bataille aux respirateurs Black Veil imbibés de produits chimiques, en passant par la cagoule Hypo, à l'allure de scaphandrier, puis à la plus seyante cagoule P.H., tous ces boucliers contre les armes chimiques témoignent du dépouillement «désarmant» dans lequel les soldats ont commencé à combattre.

De la Première Guerre mondiale, on a tous en tête l'image d'une boucherie que l'exposition recrée très bien. Mais le sujet était trop beau, peut-être, pour ne pas succomber à un ton épique que Molière n'aurait pas renié. Jugez plutôt: «Un gigantesque nuage jaune verdâtre s'est formé et a d'abord atteint les Français. Ceux-ci ont fui en toussant, en étouffant et en mourant» lit-on à la section consacrée aux gaz. Soit. La suite du parcours laisse définitivement dubitatif.

Pour enrichir l'expérience sensorielle, une salle dédiée aux bruits invite le spectateur à devenir metteur en scène des combats: «Reproduisez vous-même l'ambiance sonore des champs de bataille», nous propose-t-on. Appuyez sur ce bouton pour activer des tirs de mitraillettes, sur cet autre pour des chevaux hennissant, ajoutez-y des avions en rase-mottes; et si le vacarme n'est pas assez saisissant, on pourra toujours actionner «angoisse et confusion» - bilingue! - pour des «Oh mon dieu, je ne vois plus, haaaa...» du plus triste effet. Mais jusqu'où peut aller décemment l'expérience multisensorielle dans une telle exposition?

POUR Y ALLER

Où? Musée canadien de la guerre

Quand? Jusqu'au 26 avril

Renseignements? 819-776-7000; www.museedelaguerre.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer