• Le Droit > 
  • Arts 
  • > Véro et Louis se mettent en scène 

Véro et Louis se mettent en scène

La paire ne réussit pas éviter tous les... (Courtoisie)

Agrandir

La paire ne réussit pas éviter tous les clichés, mais ça devient intéressant quand Louis confronte Véro sur sa peur de déplaire. On devine qu'il y a un petit fond de vérité là-dessous.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Turcot

collaboration spéciale

Le Droit

Réuni sous la bannière Les Morissette, le couple royal du petit écran était de passage, vendredi soir, à la Maison de la culture de Gatineau. À grand coup de petites vacheries et de gentilles critiques, Véronique Cloutier et Louis Morissette ont habilement choisi de rire de leur propre popularité.

Véro l'animatrice, Véro la comédienne, Véro la femme d'affaires, Véro la designer, Véro la maman, Véro le magazine, Véro le visage d'une marque de cosmétique... Véronique Cloutier collectionne les premiers rôles et semble transformer en or tout ce qu'elle touche. Facile de comprendre pourquoi son humoriste de mari a vu en elle la matière première pour monter un spectacle qui joue sur les faux-semblants et les demi-vérités.

C'est au son d'un succès de Macklemore que Louis Morissette est débarqué seul sur scène. Il n'avait pas dit deux mots que la foule était en délire. Puis, Véronique Cloutier a fait son entrée avec la main une petite caméra qui retransmettait en direct des images de la foule sur grand écran. Musique dans le tapis, jeux d'éclairages, paillettes: la «vraie» vedette venait de faire son entrée.

Tornade blonde en talons à aiguilles dorés, Véro a mis le feu à la salle Odyssée.

Puis, les premières petites pointes ont été lancées. Véro, c'est la Oprah du Québec version le Choix du Président et Louis, le Barack Obama de Drummondville dont personne n'a envie d'entendre les opinions.

Leur couple étant la pierre angulaire du spectacle, Véro et Louis pigent dans tout ce qui gravite autour de leur noyau familial. L'air bête de Louis, la vie de famille, le gardiennage (avec la participation de Jean-François Mercier, d'Éric Lapointe et des Denis Drolet), la monogamie, l'importance du sexe: bref, tout y passe.

Le numéro sur les techniques d'affrontement dans un couple, version karaté, est bien maîtrisé. Pas mal pour un couple qui «ne se chicane pas».

Véro-la-parfaite au pilori

La paire ne réussit pas éviter tous les clichés, mais ça devient intéressant quand Louis confronte Véro sur sa peur de déplaire. L'animatrice n'aime pas faire des vagues. On devine qu'il y a un petit fond de vérité là-dessous.

Puis, c'est le côté parfait de Véro, «cette Germaine avec du linge à la mode», qui a été attaqué.

Dans LeDroit de samedi dernier, Véronique Cloutier promettait une Véro plus crue, quitte à bousculer certains spectateurs au passage. L'animatrice touche-à-tout offre sur scène une image moins lisse que celle à laquelle nous sommes habitués. Mais de là à dire qu'il y a un total laisser-aller, il y a un pas. Un grand pas qui n'est pas tout à fait franchi.

Le spectacle compte aussi une (trop) petite portion variété. Louis se mérite la première ovation de la soirée avec un numéro anti-comédie musicale sur l'air de All That Jazz. Puis, Véro, «l'aimant à matante» s'est payée quelques imitations, comme Micheline Lanctôt et Anne Dorval. Un peu plus tard, elle offrira aussi quelques pas de danse. Le spectacle termine en force.

Déjà certifiée d'un billet d'or (50000 billets vendus), la tournée va se poursuivre jusqu'en décembre 2015. Tout comme celle de vendredi, la représentation de ce soir est à guichets fermés, mais Véro et Louis seront de retour les 21,22 et 23 mai prochains.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer