• Le Droit > 
  • Arts 
  • > Un rythme d'enfer pour les Charbonniers 

En spectacle à guichets fermés à Gatineau

Un rythme d'enfer pour les Charbonniers

Les Charbonniers de l'enfer se produisent toute l'année... (La Presse)

Agrandir

Les Charbonniers de l'enfer se produisent toute l'année presque à guichets fermés, comme c'est le cas ce soir, à Gatineau. Sur la photo, Jean-Claude Mirandette, Michel Bordeleau, Normand Miron, André Marchand et à l'avant, Michel Faubert.

La Presse

« Toutes les fins de semaine, ou presque, on est en spectacle quelque part au Québec, souffle Michel Faubert, la voix de basse des cinq Charbonniers de l'enfer. Cet été, on est en France ; le printemps prochain à Los Angeles. On va être sur la route jusqu'en 2013, avec cette tournée. »

Oubliez les Charbonniers pour l'instant : la représentation qu'ils donnent ce soir à la salle Jean-Desprèz affiche complet. Une supplémentaire à Gatineau a toutefois été ajoutée le 8 novembre. Le centre Shenkman d'Orléans les attend quant à lui 1er décembre 2012.    

Cette tournée, c'est toujours celle de Nouvelles fréquentations, qui illustre leur quatrième album studio. Le disque a beau être sorti en 2010, son succès ne se dément pas. Avoir osé « charboniser » un répertoire musical plus contemporain, avoir adapté Neil Young, Noir Désir, Daniel Lavoie, Dédé Fortin et Félix Leclerc, entre autres, au registre a cappella podorythmé des Charbonniers a été un défi de taille. Mais un défi payant. « On en a vendu pas loin de 10 000 exemplaires. C'est notre deuxième plus gros vendeur après Wô, qui s'est écoulé à 20000 copies », soutient Michel Faubert. Quoique « sur scène, le défi de faire concilier les deux univers, l'ancien et le moderne » reste entier, poursuit-il.

Plus de détails dans LeDroit du 16 février ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer