Les nouvelles locales sont une «responsabilité»

Le dirigeant du CRTC, Jean-Pierre Blais... (La Presse canadienne)

Agrandir

Le dirigeant du CRTC, Jean-Pierre Blais

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) affirme que les réseaux de télévision ont la responsabilité de produire des nouvelles locales, même si ce n'est pas avantageux financièrement.

Jean-Pierre Blais a expliqué à un comité des Communes, jeudi, que les profits n'étaient pas le seul objectif et que le marché des idées et de l'information était tout aussi important.

Le dirigeant du CRTC a tenu ces propos devant le Comité permanent du patrimoine canadien, qui se penche actuellement sur les médias et les communautés locales.

M. Blais a souligné que les plateformes numériques constituaient une nouvelle source de couverture locale, mais qu'elles ne possédaient pas le financement et l'expertise des chaînes d'information télévisées professionnelles.

Le président a également déploré qu'«un nombre inquiétant de stations de télévision» aient réduit leur personnel, centralisé leurs activités et réduit la durée de leurs bulletins de nouvelles.

En juin, le CRTC a annoncé des changements dans la façon dont les diffuseurs peuvent financer l'information locale et a exigé que les détenteurs de licences à Montréal, Toronto, Vancouver, Edmonton et Calgary produisent au moins 14 heures de contenu d'information locale par semaine.

Dans les plus petits marchés de langue anglaise, la programmation minimale a été établie à sept heures par semaine.

Du côté des chaînes francophones, elles sont évaluées au cas par cas, mais elles doivent produire cinq heures de contenu local par semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer