Zones Théâtrales : Marc-André Charron, metteur en scène de Comme un seul Grum 

La vie de Grum est un combat mené... (Courtoisie)

Agrandir

La vie de Grum est un combat mené à grands coups d'habitudes. On l'imagine comme un fonctionnaire très moyen. Il essaie de se sauver de ce qu'il peut y avoir de plus grand, de plus beau et de plus profond en lui.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Habitué des Zones théâtrales, le metteur en scène québécois Marc-André Charron y présente son 4e spectacle. Son parcours entamé à l'École de mime de Montréal s'exporte ensuite à l'École internationale de théâtre Jacques Lecoq, à Paris, puis à Londres, à la London International School of Performing Arts (LISPA).

En 2009, il fonde avec son complice Mathieu Chouinard Satellite Théâtre, «l'une des seules compagnies de création sans lieu de diffusion propre». Trois ans plus tard, leur production Bouffe, à l'affiche des Zones, connaîtra une tournée internationale grâce à la biennale.

Il y a un an, Marc-André Charron déménage avec sa famille au Nouveau-Brunswick où il enseigne à l'Université de Moncton. 

Qui est le personnage principal de la pièce ?

Grum (prononcez Greum) est un personnage que Mathieu jouait dans Moving, il y a 10 ans. Il est incroyablement brun et moyen. C'est un gars pogné dans sa routine. La vie de Grum est un combat mené à grands coups d'habitudes. On l'imagine comme un fonctionnaire très moyen. Il essaie de se sauver de ce qu'il peut y avoir de plus grand, de plus beau et de plus profond en lui. Il est incapable de faire place au déséquilibre.

Les spectateurs vont assister à la première journée où ça merde dans la vie de Grum.

Vos influences ?

Pour ce spectacle, Camille Boitel et James Thiérée (issus du cirque), mais on a toujours été influencés par Peter Brook, Ariane Mnouchkine, par Complicite également (Simon McBurney).

Parce qu'on a travaillé avec eux, il y a aussi un peu de DynamO Théâtre et de Robert Lepage, mais on est à la fois inspirés par les Looney Tunes et les Simpsons !  

Qu'attendez-vous des Zones théâtrales ?

Des millions de dollars ! [plus sérieusement] On sait qu'on fait des affaires, on espère vendre des spectacles mais c'est surtout une grosse rencontre de famille. S'il y a une constance aux Zones, c'est la fête, celle du théâtre canadien français et c'est vraiment le fun.

Le principal défi de votre compagnie ?

On vit actuellement une croissance importance, avec davantage de budget. Ça vient avec une liberté, mais aussi avec le défi de bien s'organiser et de bien planifier. Il nous faut être aussi bons gestionnaires qu'artistes, et le défi, c'est de rester des artistes aussi investis malgré toute la gestion.

Pour y aller

Quand ? 15 septembre (19 h) et 16 septembre (21 h)

Où ? Cour des arts

Renseignements : zonestheatrales.ca ou 1-866-850-ARTS #620




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer