Zones Théâtrales: Matthieu Girard, metteur en scène des Beignes 

Les Beignes constitue la première mise en scène professionnelle... (Courtoisie)

Agrandir

Les Beignes constitue la première mise en scène professionnelle de Matthieu Girard.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après une formation en interprétation à l'École nationale de théâtre en 2008, suivie d'une période de latence professionnelle, Matthieu Girard s'est tourné vers l'écriture. Ses premières pièces ont été mises en scène à Caraquet, d'où il est originaire. Le théâtre d'été lui a offert une voie d'entrée dans le spectacle vivant. Les Beignes, dont il signe également le texte, constitue sa première mise en scène professionnelle. Matthieu Girard était présent aux Zones Théâtrales, il y a deux ans, dans la distribution des Trois mousquetaires plomberie, coproduit par le Théâtre populaire d'Acadie. Il vit désormais à Montréal.

Qui est le personnage principal des Beignes ?

Il s'appelle Johnny, c'est un fervent client du Tim Hortons. Il y passe ses nuits et pense d'ailleurs être le roi des lieux. Il est très gros et selon lui, son salut passe par l'acte de manger. Johnny exprime une joie à être rempli, c'est sa façon de combler un sentiment de vide existentiel. On comprend donc l'analogie du beigne : on a tous un trou au fond de nous !

Vos influences ?

Au théâtre, j'aime l'insolite. Je trouve Rémi De Vos très bon et très drôle. Mais je suis aussi attiré par le cinéma de David Lynch. À Montréal, j'ai travaillé avec Éric Jean dont j'apprécie la capacité à créer des ambiances. Le Tim Hortons convoqué sur scène n'est pas du tout réaliste. Enfin, je me suis inspiré des concours de « mangeage » de hotdogs, très populaires aux États-Unis [il cite de mémoire le célèbre gagnant nippon].  

Qu'attendez-vous des Zones ?

Pour les Beignes, j'espère une tournée au spectacle. Je présente aussi une lecture publique d'un texte inédit, Fuir le corbeau, dans un tout autre registre, plus dramatique [15 septembre, 14 h 30]. Je serais heureux de trouver une structure qui voudrait bien l'accueillir pour le mettre en scène. J'attends aussi les premiers commentaires des spectateurs sur ce texte.

Les défis de votre compagnie ?

Pour y avoir travaillé souvent, je connais bien les défis auxquels fait face une structure comme le Théâtre populaire d'Acadie : les salles de la tournée ne sont pas toujours remplies, même si les gens disent se sentir plus représentés par le théâtre que par les grands médias. Il y a aussi des défis d'approvisionnement technique, quand il faut louer un camion à trois heures de route, par exemple. Se produire en zone rurale nécessite des coûts, mais la situation était la même il y a 15 ans.

Pour y aller

Quand ? 11 et 12 septembre, 19 h

Où ? Studio du CNA 

Renseignements : zonestheatrales.ca ou 1-866-850-ARTS x 620




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer