Porteuses de paroles, créatrices de dialogues

ShoShona Kish... (Courtoisie, Moe Clark)

Agrandir

ShoShona Kish

Courtoisie, Moe Clark

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Elles seront six : ShoShona Kish, Moe Clark, Tanya Tagaq, Amanda Rheaume, Iskwé et Sandy Scofield. Six artistes autochtones, provenant du Nord, du Sud, de l'Est et de l'Ouest. Qui convergeront samedi vers Ottawa pour se raconter avec leurs propres mots, portés par leurs musiques métissées serrées entre hier et aujourd'hui, le temps d'une prestation unique présentée dans le cadre de Scène Canada.

« Je voulais d'abord et avant tout mettre de l'avant des voix inspirantes et représentatives de qui nous sommes, en tant que femmes issues de différentes communautés, comme l'indiquent les 's' dans Premières Nations. Nous sommes plurielles, porteuses de réalités et vérités qui nous sont propres à chacune. Or, nous sommes habitées par une même volonté de partager tout ça, non seulement entre nous, mais avec le public également, parce que nous sentons le besoin, voire l'urgence d'ouvrir un vrai dialogue », fait valoir ShoShona Kish, du groupe folk-rock-blues Digging Roots.

L'Ontarienne, dont la formation accompagnera chacune des artistes, avait reçu le mandat de rassembler cinq autres créatrices pour le spectacle intitulé Anishinabekwe.

Certes, Anishinabekwe se veut à la base une célébration en musiques de la diversité des prises de paroles d'artistes des Premiers Peuples, du trip-hop/R&B d'Ikswé aux chants de gorge revisités avec autant de puissance que de contemporanéité par Tanya Tagaq (dont le plus récent album, Retribution, fait partie de la courte liste des titres toujours en lice pour le prix Polaris 2017), en passant par le folk-country-pop de l'Ottavienne Amanda Rheaume, par exemple. 

ShoShona Kish espère néanmoins que ce sera là aussi l'occasion de « faire tomber les stéréotypes persistants entourant l'image que plusieurs se font encore de la femme autochtone », qui n'a notamment plus rien à voir avec la princesse indienne telle Pocahontas ou la squaw, soutient-elle.

Moe Clark... (Courtoisie, Nadya Kwandibens) - image 2.0

Agrandir

Moe Clark

Courtoisie, Nadya Kwandibens

Un « acte de décolonisation »

Pour la Métis Moe Clark, qui marie pour sa part spoken word, jazz, soul, folk et gospel, ce spectacle entièrement féminin représente un rendez-vous « important ».

« Il s'agit d'un événement qui marque un moment dans notre histoire collective, puisque nous serons six femmes à relater nos histoires à notre manière, par le biais de notre réappropriation de nos traditions, que d'autres ont longtemps tenté d'annihiler », évoque-t-elle.

Aux yeux et aux oreilles de cette dernière, les artistes autochtones féminines ont de tout temps été « à l'avant-garde » dans leur façon de « redéfinir les genres, de redonner sens et pertinence à nos traditions afin qu'elles demeurent bien vivantes » à travers leurs créations.

« Nos corps et nos voix sont des ponts entre le passé, le présent et le futur. »

La soirée sera tour à tour festive, berçante, revendicatrice, prévient la native de Calgary et Montréalaise d'adoption, qui espère voir des spectateurs autochtones se mélanger aux allochtones dans la salle.

« Plusieurs chemins seront empruntés et plusieurs moments de rencontres seront ainsi créés entre nous et le public. C'est là que réside la réciprocité, la possibilité de dialoguer. La réconciliation commence avec nous, passe par notre capacité à nous pardonner la honte et la culpabilité. Par l'échange qu'elle permet, parce qu'elle fait vibrer comme caisse de résonnance en chacun, la musique a un réel potentiel de guérison. » 

Encore faut-il que cette musique puisse continuer de résonner une fois le rideau retombé sur la scène. « Il en va de la responsabilité de chacun des spectateurs de poursuivre le partage par-delà le spectacle, pour que la réconciliation arrive », conclut Moe Clark.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer