La grande Chicane familiale

Martin Bédar, Eric Maheu, Boom Desjardins, Dany Bédar... (Courtoisie)

Agrandir

Martin Bédar, Eric Maheu, Boom Desjardins, Dany Bédar et Yanick Boivin visiteront le parc des Cèdres, le 25 juin (juste avant Les Colocs) dans le cadre de sa tournée de retrouvailles Déjà 20 ans : la dernière Chicane.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Voir Boom Desjardins sur la même scène que les frères Bédar (en particulier Dany) tout sourires: les fans de La Chicane n'osaient plus y croire. Ils pourraient bien verser quelques larmes de bonheur au parc des Cèdres, puisque la petite bande rabibochée - après 10 ans de bisbilles - viendra clore le festival de L'Outaouais en Fête, le 25 juin, en companie de deux autres Chicaneux de la grande époque, Eric Maheu et Yanick Boivin.

Depuis que Boom Desjardins et Dany Bédard ont annoncé, fin janvier, leur retour en spectacle bras dessus, bras dessous, pour souffler les 20 bougies de La Chicane, le calendrier de tournée ne désemplit pas.

Rien que pour cet été, la bande a annoncé 34 concerts en festival. Déjà 20 ans: la dernière Chicane sera ensuite présenté en salles à travers le Québec. Des dates sont déjà prévues jusqu'en 2019. Et Boom Desjardins, producteur de cette tournée de retrouvailles, est déjà en train de négocier des prestations dans le reste du Canada, où l'engouement pour La Chicane se fait aussi sentir. 

À la mi-juin, La Chicane annonçait trois spectacles estivaux au Nouveau-Brunswick. La demande est si forte qu'«on n'a même pas signé d'ententes [d'exclusivité] territoriales! C'est assez exceptionnel, parce qu'il y a d'habitude une guerre de territoire entre les festivals, qui ne permettent pas aux artistes de jouer dans une zone prédéterminée dans un même été», rappelle le producteur. 

La bande n'en a cure, alignant plusieurs spectacles dans une même région, comme par exemple au Lac-Saint-jean ou en Gaspésie. Un seul arrêt en Outaouais est prévu sur l'itinéraire de l'autobus de La Chicane (on ne compte pas le concert-bénéfice organisé au Centre Robert-Guertin le 15 juin dernier en faveur des sinistrés inondés, auquel ont participé Boom Desjardins et Dany Bédar): c'est secteur Aylmer que ça se passe.

«Conditions douillettes»

«Trente-quatre! Ça va être assez intense ! souffle Boom Desjardins. On n'est plus tout jeunes, hein ! Le mandat va être de se tenir tranquille, entre les spectacles...»

«Ça va être un des plus gros étés ever de toutes nos carrières respectives, même en comptant Kaïn, [dont Eric Maheu est bassiste] et Yelo Molo, à cause de Yanick», poursuit-il. 

Mais le producteur a trouvé une solution logistique pour conjuguer sa réalité de père de famille et la vie de tournée: «On va faire un peu de camping avec la famille. Dany et Martin vont me suivre avec leur roulotte. Moi, j'ai un tour bus, un Winnebago. Puis, on a deux autres bus [affrêtés par mes partenaires d'affaires] qui nous suivent tout l'été. Ce qui fait qu'on va être dans la ouate. On va pouvoir se stationner [et souffler] un peu avant de redécoller. Et la famille va pouvoir nous rejoindre.»

Ce sont donc «des conditions assez douillettes», convient-il en se rémémorant les débuts humbles de La Chicane. «Quand on a appelé Martin pour lui dire de venir nous rejoindre à Montréal [il y a 20 ans], il est parti de Val d'Or avec son drum... sur le pouce », pouffe le chanteur. 

La Chicane a vendu un demi-million d'albums - avant 2008, quand Matt Laurent, Christian Legault et Éric Lemieux ont pris les rênes de la formation. En solo, Boom Desjardins en aurait vendu quelque 300 000 (à une période marquée par le déclin de l'industrie). 

Initialement, ce dernier comptait profiter de sa réconciliation avec Dany  Bédar pour proposer quelques spectacles en duo. «L'engouement a un peu modifié le projet. On s'est vite rendu compte que le public veut La Chicane, pas juste Boom et Dany. Et pas juste les autres gars de La Chicane qui arrivent à la fin pour une ou deux chansons. »

Sur scène, la bande n'hésite pas à revisiter les répertoires solo de ses plus illustres membres. 

Chimie retrouvée

Et même les premières parties  ont un air de fête de famille pour La Chicane: Rudy Caya (de Vilain Pingouin), qui a tourné avec Boom Desjardins en 2015 (le spectacle Gueule de Bois) et a collaboré avec Dany Bédar (en réenregistrant On jase de toi, de Noir Silence) viendra «rocker» avec ses amis abitibiens, au fil de leur tournée. Il se partagera la tâche avec King Melrose, « le p'tit gars qui écoutait La Chicane dans le temps ».

Ce qui a le plus manqué à Boom Desjardins, de cette période ? «Le trip de jouer ensemble, avec les amis. C'est peut-être une question d'ADN, le fait qu'on venait tous de l'Abitibi. Et on est en train de retrouver cette chimie-là», durant les pratiques, se réjouit-il.

En coulisses, les gens font la file pour venir bavarder avec le groupe qui a marqué leur jeunesse. «Ils ont toujours quelque chose à nous dire, que ce soit pour confier que telle toune a joué à leur mariage, ou que telle autre a accompagné une peine d'amour ou la naissance d'un enfant», relate le chanteur. 

«C'est trippant de voir que nos chansons ont traversé le temps. Ce sont des succès comme Calvaire qui nous permettent de faire cette belle tournée. »

«On avait un grand rêve... C'est le public qui nous a permis de

le réaliser!»

Boom Desjardins

La formation ne l'oublie pas. Et pour remercier ses fans de leur soutien indéfectible, «on a six micros dans la foule. On veut que le public s'entende chanter» sur le double album (CD + DVD) que La Chicane compte faire paraître à l'automne. 

Les caméras ne seront pas seulement braquées sur la scène, mais «sur les gens», leur énergie et leurs anecdotes. Cet enregistrement live tentera de réunir chacun des sites visités en festival, grâce à une console Pro Tools qui enregistrera tous les concerts. «Une caméra-épaule va nous suivre pas mal tout le temps. »

L'album comprendra en outre «plein de choses inédites», promet Boom Desjardins. 

Dont de nouvelles chansons ?

«On va passer tout l'été ensemble, en gang. J'ai fait installer un petit équipement dans le tour bus, alors on va pouvoir travailler des choses si on a le temps ou si l'envie nous prend.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer