Caroline Savoie: sa voix, son succès

Caroline Savoie sera en spectacle vendredi à La... (Courtoisie Michel Tremblay)

Agrandir

Caroline Savoie sera en spectacle vendredi à La Basoche et samedi au CNA.

Courtoisie Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 2014, on l'a vue percer la scène s'accompagnant simplement de sa guitare acoustique, bien entourée de Damien Robitaille et d'Alex Nevsky.

Caroline Savoie, jeune artiste acadienne de moins de 20 ans, avait rejoint le Cercle des créateurs le temps d'une soirée placée sous l'égide la Nouvelle Scène, qui avait eu du flair. Trois ans plus tard, la musique de cette quasi-inconnue venue du Nouveau-Brunswick a élargi son champ d'action. Au point d'avoir été choisie par sa maison de disques, Spectra, pour les premières parties du chanteur à succès Patrick Bruel, en avril. 

Caroline Savoie, 22 ans et la carrière galopante, revient en concert à la Basoche le 5 mai et au Centre national des arts, le lendemain. Cette fois, ces deux représentations seront bien plus qu'un échantillon de première partie interprété pour un public qui attend impatiemment sa vedette. En prime, les spectateurs découvriront de nouvelles chansons qu'elle étrennera avec ses musiciens. Si la réaction de la salle est concluante, l'auteure-compositrice-interprète pourrait bien les intégrer à son prochain opus. 

Un petit tour sur Internet, un coup d'oeil sur ses prestations filmées : Caroline Savoie a peut-être l'énergie communicative d'une Lisa LeBlanc quand elle nous parle, mais sur scène la comparaison s'arrête net entre les deux Acadiennes. Ses anecdotes sont souvent truculentes et déclenchent les rires mais quand elle chante, l'artiste veloute son mal de vivre bien plus qu'elle ne le braille.

Chanteuse aux mots doux, aux notes folk et chaleureuses, Caroline Savoie a quitté son coin d'Acadie pour vivre sa passion à temps plein ; en France, d'abord, avec sa participation à l'émission The Voice en 2014, puis au Québec en remportant l'édition 2015 du Festival international de la chanson de Grandby. Jusqu'aux studios d'enregistrement new-yorkais où elle a endisqué son tout premier album éponyme sous la direction de Jay Newland, réalisateur à qui l'on doit notamment le premier disque de Norah Jones, Come away with me.

Le résultat navigue sur les eaux houleuses des ruptures amoureuses, celles qu'on anticipe avec angoisse (Y'en aura), les histoires déjà consumées (Je n'y vois que du feu), celles à rallumer (Bois d'chauffage) ou laissées en suspens (Crois-tu?).

La bonne étoile Spectra

« Quand je suis sortie de The Voice, un producteur français m'a approchée et m'a fait rencontrer Jay Newland », raconte-t-elle. Ce dernier lui fera chanter Buckets of rain de Bob Dylan sur un iPhone, « juste pour voir ». La reprise clôt l'album sorti il y a moins d'un an sous l'étiquette Spectra.     

« Je suis encadrée par une grosse équipe qui m'aide dans mon cheminement et je sens qu'ils croient vraiment en mes chansons, » se réjouit la chanteuse dont le père gère la carrière depuis ses 15 ans.

Hormis quelques collaborations, notamment avec Gabriel Robichaud et Katrine Noël des Hay Babies, Caroline Savoie compose surtout seule. « J'écris dans le mouvement et rarement quand je suis en vacances, explique-t-elle. J'arrive d'une tournée en Europe où j'ai écrit trois chansons. » À découvrir sans doute en spectacle vendredi et samedi...

Pour y aller

Où ? À la Basoche le 5 mai : 819-243-8000, ovation.qc.ca

Au CNA le 6 mai : 613-947-7000




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer