Que la lumière soit!

Mise en scène par Brigitte Haentjens, La bibliothèque-interdite,... (Courtoisie)

Agrandir

Mise en scène par Brigitte Haentjens, La bibliothèque-interdite, avec Sébastien Ricard, est un opéra-tango sur la censure, la dictature et le rôle de l'artiste.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Illuminé : c'est le thème par lequel les 17 spectacles de la prochaine programmation du Théâtre français (TF) rayonneront au Centre national des arts, dès l'automne prochain. Pour la directrice artistique du TF, Brigitte Haentjens, il s'agissait de faire briller « la lumière de l'intelligence et de la lucidité, dans un rapport au pouvoir politique et créateur, ainsi qu'à celui des mots ». Du Wild West Show de Gabriel Dumont, dont la première mondiale donnera le coup d'envoi à cette nouvelle saison le 18 octobre, à une Cerisaie de Tchekov revue par tg STAN en exclusivité canadienne, entre autres, la création tous azimuts sera à l'honneur.

Dans son petit bureau du CNA, Brigitte Haentjens a le sourire resplendissant d'une directrice pas peu fière des productions qui seront soumises au public de la région, au cours de la prochaine année.

« Si le fond colle évidemment à mes préoccupations, les formes seront particulièrement multiples, puisqu'il y a une grande diversité dans les univers qui seront proposés », reconnaît Brigitte Haentjens.

Le Wild West Show de Gabriel Dumont s'avère « un énorme truc », en préparation depuis déjà trois ans, dont son fidèle complice Jean Marc Dalpé (il sera aussi de la distribution) est l'un des 10 « coeurs battants » francophones, anglophones et autochtones qui signeront le texte de cette épopée sur le lutte des Métis de l'Ouest canadien.

« Tout découle d'un processus visant la rencontre de l'autre, sans complaisance, ni rectitude politique, ni condescendance sur un pan de l'histoire qui demeure sensible encore aujourd'hui », soutient-elle.

Outre La Cerisaie « ludique » de tg STAN, les amateurs auront droit à une autre exclusivité : L'État de siège, qu'Albert Camus a écrit en écho à La Peste, « évoque un peu l'univers de 1984 de George Orwell » sur l'autoritarisme et la corruption. La pièce réunit 13 comédiens de la troupe du Théâtre de la Ville de Paris (15 au 18 novembre).

Paroles d'ici

Catherine Vidal (à qui Brigitte Haentjens remettait le cinquième de sa bourse liée à son prix du Gouverneur général) sera de retour, cette fois avec Je disparais (1er au 4 novembre), alors que Fendre les lacs, de Steve Gagnon, viendra clore la saison en mai 2018. 

Après une mise en lecture cet hiver, Le Dire de Di de Michel Ouellette sera porté sur les planches dans une mise en scène de Joël Beddows (31 janvier au 3 février 2018). Le collectif de la région Les Poids Plumes, sous la direction artistique d'Annie Cloutier, Lisa L'Heureux et Louis-Philippe Roy, propagera ses Tapages et autres bruits sourds les 27 et 28 mars, histoire de souligner la Journée mondiale du théâtre.

« Ils ont carte blanche, et je trouve chouette qu'ils aient la responsabilité de ça : les jeunes nous apportent beaucoup, et il faut leur donner la scène. Pour grandir, il faut qu'ils soient vus ! »

Quant à Brigitte Haentjens elle-même, elle présentera deux de ses propres mises en scène, avec Sébastien Ricard au coeur des deux projets : La bibliothèque-interdite, opéra-tango où la parole de Borges (sur la censure, la dictature, le rôle de l'artiste...) dansera sur les airs du bandéoniste Denis Plate ; et Dans la solitude des champs de coton, de son auteur fétiche, Bernard-Marie Koltès.

« C'est intense comme La Nuit avant les forêts, mais à deux ! » prévient la principale intéressée.

Pour incarner ce « dialogue presque métaphysique », cette rencontre entre un homme et son « client », la metteure en scène a choisi d'opposer Hugues Frenette à Sébastien Ricard.

« J'ai opté pour deux hommes mûrs, qui en portent en eux des forces différentes, mais égales. Ce sont deux grandes forces qui s'affrontent, dans la parole plus que dans l'action », renchérit la femme de théâtre.

Volet jeunesse

Après une année en cavale hors les murs, à cause de la cure de jouvence du CNA, le volet enfance/jeunesse de la programmation du TF reprend ses repères, avec neuf spectacles s'adressant tantôt aux tout-petits (Magie lente, destinée aux 18 mois à cinq ans, par exemple) que l'événement De plain-pied pour les adolescents de 14 à 20 ans.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer