Drames et joyeux bordel

Sylvie Dufour, directrice artistique du Théâtre de l'Île,... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Sylvie Dufour, directrice artistique du Théâtre de l'Île, est entourée de ses comédiens.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rarement avait-on vu une conférence de presse aussi rigolo - et bordélique - que celui du Théâtre de l'île, qui lançait mercredi sa nouvelle saison dans un capharnaüm le plus complet. Et même le maire de Gatineau, Maxime Pednaud-Jobin, venu aider à accrocher un « clou » porte-bonheur dans les voûtes du théâtre municipal tout juste rénové, a avoué qu'il avait rarement participé à un événement médiatique aussi étonnant.

S'il n'oublie pas de faire une place à quelques comédies, le « plus petit des grands théâtres » prend un virage étonnamment dramatique, en accueillant notamment les mots de Michel-Marc Bouchard (Les Muses orphelines, présenté du 24 janvier au 24 février), Michel Tremblay (Hosanna, du 14 mars au 14 avril 2018), et allant jusqu'à programmer un suspense machiavélique en guise de théâtre d'été. Le revers du crime, pièce de Frederick Knott dont s'est inspiré Alfred Hitchcock pour tourner Dial M For Murder, prendra ainsi l'affiche du 5 juillet au 26 août.

« C'est une année plus musclée, plus dramatique », mais aussi pleine « d'humour, d'audace et de sensibilité », estime la directrice artistique du Théâtre, Sylvie Dufour. Elle qui était montée sur les planches pour dévoiler aux abonnés sa nouvelle programmation, n'a jamais réussi à procéder à la moindre annonce. En effet, une douzaine de personnages colorés découverts en ces lieux au fil des saisons précédentes débarquaient sans cesse, lui coupant la parole pour intervenir, souvent à tort et à travers, ou pour chanter. Le public, un parterre d'habitué, était positivement ravi de retrouver ces vieux amis. 

Journaliste en colère

Mme Dufour était à ce point dépassée par les événements qu'elle s'est fait rappeler à l'ordre par un journaliste. Pressé par le temps, et apparemment très courroucé par cette rencontre de presse qui n'avançait pas, notre confrère Martin Vanasse, depuis son fauteuil, a rabroué Mme Dufour à quelques reprises. 

Qu'on se rassure : oui, c'était arrangé avec le « gars des vues ». Les habitués le savent, M. Vanasse et ses deux collègues radio-canadiens Jean-Denis Scott et David Thibodeau, qui sont complices du Théâtre de l'Île depuis trois ans, récidiveront avec leur revue de l'année humoristique à saveur locale. #Autopsie2017 sera donc joué du 12 au 16 décembre, a révélé le journaliste, en grimpant sur scène, bras tendu brandissant son micro, dans un geste de super-héros à la Infoman.

Mme Dufour signera les mises en scène d'#Autopsie2017 (une production présentée hors abonnement, notera-t-on), Hosanna et Le revers du crime, laissant à Kira Ehlers le soin de s'attaquer aux Muses orphelines. Cette pièce classique de Michel-Marc Bouchard réunira les comédiennes Magali Lemèle, Frédérique Thérien, Maxine Turcotte et Alexandre David Gagnon. 

L'histoire du travesti Claude Lemieux, alias Hosanna, sera défendue par Benjamin Gaillard et Sébastien Dijkstra, tandis que dans Le revers du crime, récit d'un mari infidèle qui tente de se débarrasser de sa riche épouse, Nicolas Desfossés, Benjamin Gaillard, Dave Jenniss et Andrée Rainville donneront la réplique à Michel Bénard.

Nudité

La directrice des lieux mettra également en scène l'une des deux pièces communautaires de la saison, Le calendrier de ces dames, présentée du 9 mai au 9 juin 2018. 

Cette pièce de Tim Firth, plus légère que les précédentes, mais pas non plus comique, se penche sur un groupe de femmes d'âge mûr qui décident de poser nues sur un calendrier destiné à mousser la campagne de financement qu'elles organisent en faveur de la recherche contre le cancer. 

Inspirée d'une histoire vraie, la pièce a été portée au grand écran en 2003, sous le titre Calendar Girls, toujours sous la plume de M. Firth.

La scène névralgique de la prise de photo ne saurait se passer de la nudité qu'impose le récit, mais celle-ci ne sera pas gratuite, promet Mme Dufour, qui la traitera avec « toute la sensibilité » qu'elle mérite. Les comédiennes-citoyennes qui seront retenues se retrouveront donc « nues, mais pas entièrement nues », rassure-t-elle.

L'autre pièce communautaire, Je veux voir Mioussov, un vaudeville plein de quiproquos signé par le dramaturge russe Valentin Kataïev, promet d'être nettement plus folichonne. Mise en scène par Roger Labelle, elle sera à l'affiche du 1er novembre au 2 décembre 2017. 

Cabaret Oh La La, prise 2

La directrice du théâtre supervisera en outre le « gros bonbon » qu'est Le Cabaret Oh La La Suite, deuxième partie des cinq volets prévus. La distribution demeure la même que la saison précédente,  mais le concept a été complètement revu. 

Et le metteur en scène Mathieu Charette aura cette fois « plus de ressources » pour développer sa vision artistique, indique Mme Dufour, en laissant entrevoir des  ambiances « très tendance » de vampires et de 1001 nuits ainsi que des chorégraphies plus poussées.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer