Réal Béland vient passer l'été à Gatineau

Réal Béland fera le tour de l'Ontario au... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Réal Béland fera le tour de l'Ontario au printemps, pour y roder son 4e one man show. Il posera ensuite ses valises à Gatineau pour offrir Faire semblant à 17 reprises, les week-ends de juillet et août.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Réal Béland a choisi Gatineau pour lancer son 4e spectacle solo, Faire semblant, qu'il viendra présenter pendant tout l'été à l'auditorium Alphonse-Desjardins du Cégep de l'Outaouais, avant de le proposer au reste du Québec.

Rien d'étonnant jusque là ; après tout, « le public de l'Outouais est toujours un bon baromètre », convient l'humoriste, ravi de venir  donner 17 représentations au même endroit : une « expérience le fun, différente, un peu comme du théâtre d'été ». Et puis, « je me suis toujours plus senti de Gatineau que de Montréal, où je me sens comme un extraterrestre », ajoute celui qui a quitté mercredi les Laurentides, où il demeure, pour rencontrer les médias gatinois. Et rappeler au passage que le DVD de son plus récent spectacle, Une autre planète, avec lequel il a tourné trois ans, était sorti la semaine dernière, juste avant les Fêtes.

Rodage en Ontario

Ce qui est plus surprenant, c'est qu'il ait choisi l'Ontario francophone pour roder son spectacle, à partir de la fin du mois de mars. Son site officiel, realbeland.com, affiche déjà une dizaine de dates, parmi lesquelles un arrêt à Alexandria, le 22 avril 2017.

Cela fait pourtant « des années » que Réal Béland voulait tourner en Ontario, sans trouver le temps. « Honnêtement, je serai prêt à payer pour aller jouer là-bas ! j'ai hâte. Les salles sont un peu plus petites, alors ça va être intime, comme un spectacle unplugged », promet-il. Il y proposera un spectacle de « transition », intégrant de nouveaux numéros à son matériel « classique ». 

En formule stand-up, Réal Béland s'attaquera à tous « ceux qui font  semblant, dans la vie de tout les jours, en famille ou sur le web ». Il en profitera pour parler de ses deux filles adoptées en Asie, qui parlent plus joual que les Québécois de souche. 

Assumant son âge et ses quelque  30 ans d'expérience sur scène et en coulisse, à titre d'auteur, de metteur en scène et de producteur, lui-même a récemment indiqué qu'il ne se compliquerait plus la vie avec les premières médiatiques. Pourquoi faire semblant, se compliquer l'existence et stresser, alors que ceux qui ne l'aiment pas ne changeront pas d'avis après un énième article ? demande le roi de l'absurde, convaincu qu'il a à présent moins besoin des médias traditionnels pour atteindre son public. 

La phase du rodage, elle, reste en revanche indispensable. « C'est un long procesus chirurgical, on déplace des virgules, on ajoute des mots ; mon humour est très rythmique, il faut que ça sonne bien », expose-t-il. Son spectacle, sur lequel il planche depuis un an et demi, est déjà écrit à 95%. Dont un bon 10% aura évolué d'ici son premier spectacle officiel, à Gatineau, estime-t-il. 

Tester son spectacle à l'aune des rires ontariens ne le déstabilise pas, lui qui ne « sent pas de différence culturelle entre les Francos et le public au Québec. » 

Il ramènera sur les planches plusieurs de ses personnages emblématiques, telle la Dame du courrier du  coeur (Le Sexe est dans l'enveloppe) ou le président de la Fédération des stickers d'avertissement, mais le comédien a abandonné son personnage de King des ados, à présent qu'il est lui-même père d'adolescentes. Parce qu'il « aime le risque », il continuera toutefois de s'amuser avec les improvisations téléphoniques, dans la peau de M. Latreille. Faire semblant lui permettra de retrouver sur scène son complice de toujours à l'écriture Stéphane Lefebvre (l'autre larron de Nos Voisins Dhantsu), le temps d'un numéro « très visuel » intitulé les fabuleux Soviets. « On jouera les personnages de deux Soviétiques qui viennent présenter un numéro de variétés dans mon show », lance celui à qui le festival Juste pour rire vient de confier - pour la première fois - l'animation solo d'un gala (Juste absurde, présenté le 20 juillet 2017).

Pour y aller

Cégep de l'Outaouais

Les week-ends du 7 juillet au 26 août

ticketmaster.ca ; 1-855-790-1245

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer