Marie-Chantal Perron, pour le meilleur et pour le pire...

Best-seller depuis sa sortie en 2012, La Liste de mes envies a... (Courtoisie, Francois Laplante Delagrave)

Agrandir

Courtoisie, Francois Laplante Delagrave

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Best-seller depuis sa sortie en 2012, La Liste de mes envies a touché le gros lot: le roman de l'auteur français Grégoire Delacourt a été traduit dans plus de 30 pays, en plus d'avoir été adapté au théâtre et au cinéma dans un film avec Mathilde Seignier et Marc Lavoine. Depuis octobre, il s'empare des planches québécoises grâce à l'initiative de la comédienne Marie-Chantal Perron après sa rencontre avec Grégoire Delacourt sur le plateau de l'émission Tout le monde en parle. Soutenu par la mise en scène de Marie-Thérèse Fortin dans une adaptation signée Maryse Warda, La Liste de mes envies sera présenté à la salle Odyssée les 6 et 7 décembre.

« Comme un ange passé dans ma vie », se souvient Marie-Chantal Perron à propos de cet échange télévisuel fortuit avec l'auteur à succès, en novembre 2012. Au cours de la même émission, Justin Trudeau défendait sa candidature à la direction du Parti libéral du Canada... Coup de chance collectif pour les invités d'un même plateau ?

C'est un peu l'histoire de La Liste de mes envies, mettant en scène la vie d'une femme enrobée de 47 ans, prénommée Jocelyne, mercière en province, gagnante d'un gros lot de 18 millions $ grâce à ses copines coiffeuses qui l'ont incitée un jour à jouer. Mais Jocelyne décide de se taire. Tétanisée, elle cache cette nouvelle à son entourage et se met à réfléchir en silence au reste de sa vie qui va en être bouleversé, à tergiverser sur la liste de ses envies.

« J'ai été touchée par la simplicité de cette femme qu'on n'aperçoit pas ; elle n'a rien de flamboyant et sa vie est si simple. »

« Elle se demande d'ailleurs ce que cette somme va soustraire à son existence, car souvent l'argent est déclencheur de conflits », présente la comédienne qui l'incarne, elle-même couturière et créatrice d'une ligne de vêtements, fière ambassadrice d'un artisanat « de plus en plus rare, où l'on prend le temps de fabriquer un objet à offrir ».

Dans l'étoffe du texte original

Alors que la pièce a déjà fait l'objet d'un monologue interprété par un acteur, par exemple, Marie-Chantal Perron a préféré une adaptation fidèle au texte original, validée par l'auteur « très emballé par le travail ».

« C'est aussi l'histoire d'un couple qui n'a jamais réussi à avoir confiance l'un envers l'autre », raconte la comédienne, reprenant l'expression consacrée « pour le meilleur et pour le pire ».

Elle réunit sur scène autour d'elle les comédiens Steve Laplante, Marc Legault, Anick Lemay et Tammy Verge. Et quand on lui demande ce qu'elle ferait d'une telle somme, si pareille chance se présentait, Marie-Chantal Perron conclut sans ambages: « Je produirais le spectacle ! »

Pour y aller

Quand: Les 6 et 7 décembre, 20 h

Où: Maison de la culture de Gatineau

Renseignements: 819-243-2305; salleodyssee.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer