Et vogue La Galère... sur scène

Stéphanie, Isabelle, Mimi et Claude sont de retour. Et cette fois, les quatre... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Stéphanie, Isabelle, Mimi et Claude sont de retour. Et cette fois, les quatre filles de La Galère quittent le petit écran pour prendre d'assaut les planches d'une salle de spectacle près de chez vous. Car Renée-Claude Brazeau a beau clamer ne pas aimer le théâtre, c'est sur scène que l'auteure originaire de Gatineau a choisi de faire revivre ses toujours aussi populaires héroïnes, que le public retrouvera trois ans après l'ultime épisode de la série télévisée. Des retrouvailles qui ne font pas plaisir qu'aux inconditionnel(le)s de l'émission: entourées de leur nouvelle complice Catherine Proulx-Lemay (qui remplace Hélène Florent dans le rôle de Stéph), Anne Casabonne, Geneviève Rochette et Brigitte Lafleur renouent aussi avec bonheur avec Claude, Isabelle et Mimi.

Geneviève Rochette

Geneviève Rochette se demandait bien où Isabelle serait rendue, trois ans après le dernier épisode de la sixième saison télé. « Je suis toujours impressionnée par la capacité de Renée-Claude [Brazeau, l'auteure] de créer des rebondissements ! Parce que dans la pièce, l'Alzheimer d'Isabelle devient un réel moteur comique, pas juste dramatique. »

Car Isabelle, que la maladie rend par moments agressive, n'hésite pas à se défouler sur Claude, son bouc émissaire. De plus, « la straight de la bande » a perdu quelques-uns de ses filtres et inhibitions. « C'est là tout l'art de Renée-Claude : elle réussit à faire rire, sans pour autant se moquer. »

L'auteure a toutefois craint que le passage de la télé à la scène n'altère ses personnages. « Les murmures et les gros plans n'étant plus possibles, il faut évidemment projeter nos voix, grossir certains traits des filles. C'est là que réside notre défi à nous : ne pas tomber dans la caricature », soutient Geneviève Rochette.

Pour cette passionnée de théâtre, fouler les planches en se glissant dans la peau d'Isabelle relève « d'un conte de fées ». « Ces personnages ont marqué nos carrières respectives. Les promener sur scène nous permet d'approfondir nos liens avec elles, et entre nous. Chaque soir, je me dis que je suis privilégiée. »

D'autant plus qu'elles sont toutes conscientes que les spectateurs sont heureux de retrouver Claude, Mimi, Steph et Isabelle. « Ce sont de vrais fans, ça se sent. Et ça rend le rendez-vous encore plus beau. »

Anne Casabonne

Claude a toujours prétendu être « trop heureuse ». Or, au cours des trois ans séparant la fin de la série et le début de la pièce, elle a décidé de suivre les conseils de sa psy, qui lui recommandait de « redevenir malheureuse pour pouvoir recommencer à courir après le bonheur », raconte Anne Casabonne.

« Ce n'est pas expliqué comme ça, quand la pièce commence, mais c'est ce qui va déterminer ses actions pendant le spectacle », renchérit-elle.

Résultat ? Claude marche toujours « comme une fille qui se trouve ben hot, avec sa petite main sur le côté » et n'a plus assez de son argent pour être heureuse.

« Comme quoi, elle n'a pas vraiment évolué en trois ans. En tout cas, elle ne s'est assurément pas assagie. Claude demeure une belle folle ! » clame la comédienne en riant.

Cette dernière avait « toujours gardé espoir » que Renée-Claude Brazeau redonne vie aux quatre femmes de La Galère. Si elle a été «surprise» que la Gatinoise d'origine se tourne vers le théâtre, Anne Casabonne apprécie toutefois le côté « mouvant » de la scène qui fait du public une partie prenante du spectacle.

« Parce qu'on voit et qu'on entend réagir les gens dans la salle, on sent à quel point La Galère continue de faire du bien. Cette émission-là a été un exutoire extraordinaire pour plusieurs mères de famille qui voyaient enfin, à la télé, des filles qui faisaient juste de leur mieux en tant que femmes, blondes ou mères, avec leurs qualités et, surtout, leurs défauts ! C'est juste du gros bonheur, d'avoir la chance de se refaire du bien comme ça ! »

Catherine Proulx-Lemay

En reprenant le rôle de Stéphanie, Catherine Proulx-Lemay se trouve en fait à remplacer Marilyse Bourke... laquelle, remplaçait déjà Hélène Florent (la nouvelle maman s'est désistée du projet plus tôt cette année, faute de temps).

« Remplacer une remplaçante, ça devient un drôle de processus, surtout quand le spectacle est en tournée ! » lance celle qui a ainsi dû prendre la route avec l'équipe, histoire de pouvoir répéter un peu avant « sa » première du 22 octobre dernier, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

« Disons que ça m'a aidée, d'être une fan de La Galère : Stéphanie était encore bien présente dans ma tête. J'ai quand même revisionné quelques épisodes et me suis également beaucoup fiée à l'interprétation de Marilyse pour m'intégrer, dans un premier temps. »  Depuis, au gré des représentations, elle s'approprie lentement mais sûrement la façon de bouger du personnage, sa manie de se cacher sous de gros chandails ou une tuque et de fumer pour passer sa nervosité.

« Steph, pour moi, c'est la grande soeur de tout le monde, même si ce n'est pas la plus sage. Elle n'est pas dans le jugement, ni dans la séduction, du simple fait qu'elle n'assume pas bien sa féminité. »

Pour rendre la vulnérabilité de Stéphanie, Catherine Proulx-Lemay a dû trouver en elle une certaine maladresse et fragilité. Le metteur en scène « André Robitaille me rappelle encore à l'occasion que je dois mettre de côté l'autorité et la force naturelle que je dégage, quand j'endosse le rôle ! » lance la comédienne  en riant.

Brigitte Lafleur

La comédienne reprend du service dans la peau de l'incurable insécure Mimi. Prise entre le tournage de la dernière saison de L'Auberge du chien noir et la co-animation d'une émission du retour à la maison à la radio montréalaise, Brigitte Lafleur n'était toutefois pas disponible pour une entrevue cette semaine.

La Galère sur scène, c'est...

... Isabelle aux prises avec un Alzheimer qui la rend parfois agressive

... Claude et son rapport toujours aussi ambigu à l'argent et au bonheur

... Stéphanie qui se sent à l'étroit dans son rôle d'épouse de premier ministre

... Mimi qui se questionne sur ce que fait vraiment son chum à l'autre bout du monde

... quatre amies qui n'hésitent pas à se vider le coeur lors d'un cocktail-bénéfice... qu'elles devront quitter de manière précipitée à la suite d'un incident

... plus de 70 000 billets vendus

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer