Nostalgie, quand tu nous tiens...

Joël Denis, Shirley Theroux et Pierre Marcotte ont... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Joël Denis, Shirley Theroux et Pierre Marcotte ont pris d'assaut la salle Odyssée pour chanter, danser et jouer la comédie après un long hiatus de 40 ans.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / En forme, vous dites ? Shirley Théroux, 70 ans, Pierre Marcotte, 77 ans, et Joël Denis, 80 ans, ont pris d'assaut la salle Odyssée pour chanter, danser et jouer la comédie après un long hiatus de 40 ans. Les Tannants, une histoire d'amour entre un public et un trio d'enfer qui renaît avec force le temps d'une tournée au Québec.

Avant même le début du spectacle, les fans pouvaient déjà se replonger dans leurs souvenirs grâce aux photos de l'émission culte projetées sur écran géant. On pouvait entendre ici et là des exclamations de joie à la vue d'images de ce « programme » qui a fait les beaux jours de Télé-Métropole durant les années 1970. 

C'est par le rire que débutera la représentation, incontestable fil conducteur de ce rendez-vous. Des blagues de premier degré à celles plus grivoises, tout passera, les trois comparses n'ayant pas peur du ridicule. Au contraire, voilà leur force, ils l'exploitent à fond, tout comme l'autodérision et l'improvisation. La complicité qui les unit est palpable, là où Joël Denis oublie une ligne, Pierre Marcotte l'attrape au bond, Shirley Théroux peinant souvent à contenir son fou rire. 

Des sketches, donc, pour faire notamment revivre les personnages de Toto et Toutoune ainsi que de Dieudonné et Vitaline, au plus grand plaisir de la foule.

La machine est superbement

huilée, les trois n'hésitant pas à sortir du texte pour se lancer quelques flèches. Inévitables et ô combien savoureuses furent les boutades sur l'ex-couple Théroux-Marcotte.

Tours de chant

Des tours de chant, aussi, livrés par Shirley Théroux, sa riche voix s'emparant, entre autres, de Fly Me to The Moon, You Can't Take That Away From Me, Smile, C'est beau un homme ou encore, la touchante, Mon enfant, mon petit, écrite pour son fils Bruno-Pierre dont on a pu voir la binette - et le caractère ! -  sur une vidéo alors qu'il était âgé de trois ans. Chaque mot de chaque chanson était bien senti, la chanteuse nous rappelant son grand talent d'interprète. 

Bien entendu, Joël Denis a aussi poussé la note et dansé jusqu'à en perdre le souffle, forçant l'admiration devant tant d'énergie déployée. Au programme : un pot-pourri de Maurice Chevalier, de Jacques Brel et d'Yves Montant, sans oublier les incontournables Le Ya-Ya et C'ta pas encore fait. Et c'est lui, l'enfant terrible, qui a su faire fondre notre coeur lors d'un touchant monologue. 

À son âge vénérable, il est bien conscient que les projecteurs ne s'allumeront peut-être plus jamais sur lui une fois la tournée terminée. Hier encore de Charles Aznavour, chantée a cappella, est venue conclure son mot rempli d'émotion, véritable hommage au public. 

Ce même public que Pierre Marcotte a également remercié chaleureusement, lui qui le suit fidèlement depuis le début de sa carrière. Un métier qu'il n'aurait pas pu exercer aussi longtemps sans l'appui inconditionnel de ses admirateurs, a-t-il avoué, en toute humilité. 

Placé sous le signe de la nostalgie, le spectacle des Tannants n'en demeure pas moins un divertissement fort réjouissant, superbement enrobé par la musique de cinq musiciens dirigés par Marc Beaulieu. On en garde un souvenir heureux... et aussi quelques vers d'oreille. Un petit Ya-Ya avec ça ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer