Le Nouveau rêve de René Simard

C'est une soirée digne de Broadway qui attendait... (Archives, La Presse)

Agrandir

C'est une soirée digne de Broadway qui attendait le public de René Simard, jeudi soir, au Centre Shenkman.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Le spectacle Nouveau rêve de René Simard plonge dans les 45 ans de carrière de l'artiste, qui en a profité pour célébrer son amour pour les comédies musicales. C'est donc une soirée digne de Broadway qui attendait le public du Centre des arts Shenkman.

René Simard a présenté, jeudi soir, le premier de ses deux spectacles à guichets fermés au MIFO. Il sera d'ailleurs de retour en novembre de l'autre côté de la rivière, à la Maison de la culture de Gatineau.

En remontant sur scène en solo, René Simard brisait un long hiatus de 25 ans. Chic dans son costume noir, il est entouré de quatre musiciens ; Éléonore Pitre (guitare), Fabienne Gilbert (basse), Alexis Martin (batterie) et Marc Provencal (clavier). Celle avec qui il partage sa vie depuis 36 ans, Marie-Josée Taillefer, n'était pas bien loin non plus. À sa demande, elle est sortie des coulisses pour saluer le public. 

D'emblée, le numéro C'est beau la vie a donné le ton de la soirée. La voix est juste, puissante. Le chanteur est tout sourire et exécute avec un plaisir évident quelques pas de danse. La mise en scène est aussi sobre qu'efficace. 

Spontanément, les gens des premières rangées se sont levés pour ovationner leur idole. Ce dernier partagera plus tard avec le public les inquiétudes qu'il a eues concernant la place qu'il avait encore ou non sur scène. Les applaudissements chaleureux du public ont vite mis fin à ses questionnements.

Heureux d'être là « 25 ans et 25 livres plus tard », René Simard a longuement jasé avec son public. Entre les chansons et les anecdotes, il a offert une belle leçon d'autodérision. Surtout lorsqu'il s'est moqué de ses looks pas toujours réussis. Il a même ri de cette image du p'tit Simard perpétuellement « heureux d'être content » qui lui colle à la peau depuis toujours. 

Nouveau rêve est un mélange de nouvelles et d'anciennes chansons, de reprises, ainsi que d'extraits de comédies musicales qui ont marqué sa longue feuille de route. Sa prestation du Fantôme de l'opéra lui a valu une énième ovation. 

Puis, René Simard a puisé dans ses toutes premières chansons, comme Un enfant comme les autres, Ma petite japonaise, Pascale, sans oublier les incontournables Comment ça va et Chante la la la. Des retrouvailles avec les années 1980 fort amusantes. 

Belle idée aussi de reprendre L'Oiseau en duo avec le René enfant, qui, il y a 45 ans, ne pouvait s'imaginer de la carrière qui l'attendait.

Avec sa fille

Au retour de l'entracte, René Simard a partagé la scène avec sa fille Rosalie Taillefer-Simard, qui a dansé avec lui sur Smile, chanson tirée de Les Temps modernes de Charlie Chaplin. Un joli moment père-fille.

Il a aussi replongé dans l'époque disco de ses 18 ans avec, entre autres, Love Is in the Air et un veston illuminé !

Difficile de savoir à qui René Simard fait le plus plaisir avec ce spectacle. S'il est visiblement très heureux de renouer avec son premier métier, le public prend tout autant de plaisir à ses grandes retrouvailles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer