Pilule de bonheur pour rires d'enfants

Jamie Adkins sera en spectacle pour plusieurs représentations... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Jamie Adkins sera en spectacle pour plusieurs représentations à La Basoche.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans le secteur Aylmer, le cabaret La Basoche est dévolu au cirque cet été.

Sans chapiteau ni animaux ni effets spéciaux, Jamie Adkins y présente son spectacle fétiche, Circus Incognitus, un solo d'une petite heure qui fut assailli, le soir de la première, de rires d'enfants gonflés de décibels. À voir autant pour les prouesses physiques, sur scène, que les réactions spontanées du jeune public dans la salle!

Bretelles violettes, tignasse hirsute et sourcils dessinés au charbon, le comédien joue un clown sympathique au sourire sans fin. Il y a chez lui une fraîcheur naïve, une simplicité, et l'âme du pierrot lunaire. Il nous livre ses maladresses, fait vivre les objets du quotidien comme des personnages de bric et de broc. 

À la lumière d'une lampe de poche, le personnage apparaît avec son visage poétique et écarquillé comme une grande étoile. Le décor est campé: une boîte en carton rafistolée, une chaise sans dossier, des cymbales et un tambour, un porte-manteau un peu trop haut et une valise sans fond. 

Revendiquant une simplicité de moyens scénographiques, Circus Incognitus incarne l'esprit du cirque dans son lien essentiel à une pensée du monde, marginale et poétique. Bien ajustés, les numéros, montés comme des flashes de comédie, distillent un humour irrésistible pour les moins de six ans avec des accessoires aussi bêtes qu'une fourchette en plastique.

La salle lui lance des oranges, il les réceptionne du bout des lèvres. Un lancer mal placé, l'improvisation prend le relais, déjà bien rodée par plus d'un millier de représentations dans le monde entier. Sur scène, Jamie Adkins fait feu de tout bois, n'hésitant pas à s'auto-parodier. «Magie!» est l'un des seuls mots qu'il prononcera... Le clown préfère dessiner des tableaux sans paroles d'une grande générosité.  

Ni vraiment traditionnel ni tout à fait contemporain, Circus Incognitus se situe à la lisière du théâtre de mouvement, de Buster Keaton et de Charlie Chaplin. Cet anglophone originaire de Californie en reprend d'ailleurs le chapeau melon, accessoire indiscipliné dans un numéro truculent de déshabillage. 

Jeux de cache-cache avec une boîte en carton, échasses sur des échelles, et surtout, numéros de jongleries impressionnants (avec la bouche!); sous ses allures de clown naïf et farfelu, Jamie Adkins enchaîne les tours et préfère les onomatopées aux grands discours. Ses yeux rieurs en disent bien long, son visage élastique offre l'une des images les plus frappantes du spectacle.       

Virtuosité rime ici avec curiosité. Cet alliage fait la force des numéros qui se suivent sans temps-mort, même à l'entracte, où la surprise attend les futurs spectateurs...   

Des vagues de rires éclaboussent souvent l'atmosphère, les enfants, médusés par cette agitation burlesque, adorent et en redemandent. Autant de qualités qui font de ce show un instant de maestria et de joie communicative.

Un must pour les familles en vacances.

Pour y aller

Quand? Jusqu'au 19 août, les jeudis et vendredis à 19h30

Où? Cabaret La Basoche

Renseignements: 819-243-8000 ou ovation.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer