Les facéties clownesques de Jamie

L'artiste circassien Jamie Adkins prend ses quartiers d'été... (Courtoisie, Amanda Russell)

Agrandir

L'artiste circassien Jamie Adkins prend ses quartiers d'été à La Basoche

Courtoisie, Amanda Russell

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Établi dans le secteur Aylmer depuis deux ans, Jamie Adkins prend ses quartiers d'été à La Basoche où il présentera son cirque loufoque et poétique du 28 juillet au 19 août, les jeudis et vendredis à 19 h 30. Portrait d'un clown sensible sans artifices, qui a su imposer son talent sur les scènes internationales avant de venir s'installer dans la quiétude de la région.

À 45 ans, ce père de famille de deux enfants a déjà une bonne trentaine d'années de prestations dans les guiboles. Connu à l'étranger qu'il fréquente pour s'y produire régulièrement, il passe rarement plus d'un mois au même endroit. Son spectacle Circus Incognitus, créé en 2008 et joué plus de 1000 fois dans 24 pays, accueillera des numéros inédits à La Basoche. Avant de repartir vers de nouvelles aventures sur les routes de Tahiti et de la France métropolitaine où il a déjà effectué trois tournées. 

Jamie Adkins est clown (sans nez rouge), acrobate, jongleur et équilibriste. Sans l'appui d'aucune parole, sa partition pour petits et grands, compréhensible au quart de croche, change en fonction des réactions du public. 

Un talent d'excellence, qui lui permet en même temps de jouer avec deux échelles, une feuille de papier sur le bout du nez, un chapeau melon indiscipliné, et d'avaler des balles de ping-pong en se défigurant à l'envi. Autant de numéros affinés sur le fil d'un parcours étonnant.

Clown mal fagoté

Né en Californie, Jamie Adkins prend goût au cirque à 13 ans alors qu'il épate les piétons comme amuseur de rue dans son quartier de San Diego. Il rejoint ensuite la troupe en vogue du Pickle Family Circus à San Francisco et y poursuit son apprentissage. 

Le jeune artiste va alors quitter les palmiers et la douceur de vivre de Californie pour travailler au Canada, puis en Europe. Il est engagé par le prestigieux Cirque du Soleil et devient membre à part entière du Cirque Éloize. Il signe avec lui pour la production Excantricus avec laquelle il donnera quelque 500 représentations. 

«J'ai trouvé mon vrai clown grâce à ce spectacle. Un personnage timide, insécure, sans maquillage, dans un costume gris normal», dit le Gatinois d'adoption, jonglant habilement avec les mots pour s'exprimer en français, coûte que coûte. 

À 27 ans, il réalise que la «clownitude» qu'il cherche n'est pas à copier chez Bill Irwin ou Dimitri, ses inspirations, mais qu'il faut puiser en lui, se laisser guider par sa propre voix. 

«J'ai toujours été un clown mais je ne le savais pas,» dit-il. 

Quelques indices ne trompent pas et l'aiguillent sur la bonne piste. Ainsi résume-t-il la différence de mentalité entre les deux disciplines: «Si le jongleur laisse échapper une balle, c'est une tragédie. Pour le clown, il s'agit d'une opportunité!» 

«Je préfère entendre le public rire plutôt qu'applaudir. Même quand j'étais acrobate dans une troupe, je trouvais un moment pour déclencher les rires.»

L'acteur timide, qui assume fragilité et sensibilité, apprend à exploiter les ressorts d'émotion et de drôlerie de sa longue silhouette agile. 

«Qui je suis? Qui est Jamie Adkins? La seule chose certaine, c'est que je suis nu sur scène», explique l'acteur au sujet du titre, Circus Incognitus. 

En collaboration avec le Cirque Éloize, il se lance en 2005 dans la formule solo avec Typo, un clown prompt à s'amuser d'un rien. Jamie Adkins n'oublie pas sa formation d'acrobate et rehausse ses numéros de prouesses spectaculaires, tour à tour funambule, jongleur, avec de multiples sketches acrobatiques, alliant une performance physique à une démonstration burlesque. Cette nouvelle vie de scène en solo convient mieux au père de famille. 

«J'aime beaucoup tourner seul, jouer dans de petites salles, y faire de l'improvisation, dit-il. C'est plus facile pour ma famille, je peux avoir le contrôle de mon horaire et scolariser mes enfants en France quand nous y passons plusieurs mois.» 

C'est désormais chez lui, secteur Aylmer, que Jamie Adkins convie les spectateurs. Pour des vacances partagées dans la bonne humeur avec les voisins, en somme...

Pour y aller

Quand? Du 28 juillet au 19 août, les jeudis et vendredis à 19h30

Où? Cabaret La Basoche

Renseignements: 819-243-8000 ou ovation.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer