La diversité à l'honneur

Karim Ouellet... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Karim Ouellet

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aidés par dame Nature, les organisateurs du Festival franco-ontarien (FFO) respirent mieux à l'issue d'une édition qu'on prévoyait difficile. En misant sur une programmation diversifiée, ils ont réussi à attirer 15 000 personnes au parc Major de jeudi à samedi.

C'est qu'il s'agissait du 41e FFO. Un calcul rapide permet de constater que, l'an dernier, le festival célébrait son 40e anniversaire.

« On est vraiment contents du résultat. Demande à n'importe quel festival, l'année qui suit un gros anniversaire, c'est toujours plus difficile », explique la présidente du FFO, Josée Vaillancourt.

La météo aura certainement été un facteur important pour attirer les gens au parc Major. Trois belles journées ensoleillées, un festival peut difficilement demander mieux.

Mme Vaillancourt pointe cependant vers d'autres éléments de réponse pour expliquer cette participation jugée positive par le comité organisateur. Parmi ceux-ci, il y a sans contredit la diversité au sein de la programmation musicale.

En invitant sur la même scène (à des moments différents) des artistes comme l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly, les Acadiens de Radio Radio, les Franco-Ontariens de Swing et le Montréalais Gregory Charles, le FFO se voulait un reflet de la francophonie ontarienne actuelle. Une francophonie composée, en grande partie, par des gens issus de pays francophones d'Europe et d'Afrique.

« Pour nous, c'est une façon de permettre à notre communauté de nouveaux arrivants de voir des artistes qu'ils connaissent bien et de permettre à des gens originaires d'ici de découvrir les meilleurs artistes de la francophonie internationale », explique Josée Vaillancourt.

Comme de nombreux événements de la région de la capitale nationale, l'équipe du FFO se prépare déjà pour 2017, année du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Pour l'instant, les plans du comité organisateur restent à être précisés, mais Mme Vaillancourt estime que le festival misera probablement sur la diversité artistique de la francophonie canadienne.

« Ce n'est pas un secret qu'on s'y prépare, notre spectacle de jeudi soir s'appelait En route vers 2017. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer