Grognements créatifs à la caverne Laflèche

La Cavea, un projet théâtral in situ, sera... (Courtoisie)

Agrandir

La Cavea, un projet théâtral in situ, sera présenté à l'intérieur de la caverne Laflèche.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Du théâtre, mais pas de planches. Six comédiens dans une grotte. Face à un public contraint de jouer aux chauves-souris en bravant humidité et en s'acclimatant à l'obscurité.

Le projet a été créé et mis en... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Le projet a été créé et mis en scène par Frédérick Gauthier.

Courtoisie

La bien nommée pièce La Cavea sera présentée dans les entrailles de la caverne Laflèche, à Val-des-Monts, durant la fin de semaine.

Le projet est né de l'esprit facétieux de Frédérick Gauthier, son créateur et metteur en scène, qui a voulu présenter une pièce de théâtre in situ dans le cadre d'un projet de maîtrise en théâtre à l'UQAM. 

«Comme je viens de la région, c'était important pour moi de choisir un endroit d'ici», dit-il, tout en soulignant la démarche «interdisciplinaire» de son initiative. «On touche aux arts visuels et à la musique, qui tient une place très importante.»

En approchant les gestionnaires du parc Arbraska, l'universitaire anticipait des hésitations de leur part. Leur réponse l'a réjoui: «Ils m'ont dit: "Ça tombe bien, ça fait 150 ans (en 2015) que les cavernes ont été découvertes." [...] Ils m'ont accueilli à bras ouverts et ont partagé plein d'informations avec moi». 

Grâce aux renseignements - historiques, ethnologiques et géologiques - ainsi glanés, Frédérick Gauthier a pu concocter une histoire plus à même de s'intégrer aux lieux, explique-t-il. Plusieurs sessions d'écriture à l'intérieur de la caverne - qui se targue d'être la plus grande grotte du Bouclier canadien - lui a aussi permis de mieux s'imprégner de l'atmosphère.

L'histoire et la légende

«Je trouvais le lieu intéressant, mais quand je l'ai choisi, je ne connaissais pas son histoire. Au départ, je pensais aborder la caverne de façon beaucoup plus large. [...] Dans mon remue-méninges, je suis parti avec plein d'idées de ce que la caverne représente, en terme de symboles universels, ou de ce que moi je ressentais quand je venais là pour créer.»

De cet espace, il pensait évoquer le lieu de culte primitif, aborder l'espace allégorique chez Platon, renvoyer le spectateur à l'alcôve de la matrice intra-utérine. 

Mais au cours de ce processus, l'auteur s'est rendu compte qu'il «ne pouvait pas ignorer l'histoire des lieux».

Du théâtre, mais pas de planches. Six comédiens dans une grotte.... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Courtoisie

La caverne Laflèche habite donc son scénario. Et l'inverse est aussi vrai: «Certaines parties du texte puisent dans des éléments historiques, d'autres sont tirées des légendes qu'on raconte au sujet de la caverne. Et j'ai créé des personnages à partir de ces mythes.»

Peu de gens se souviennent que le site a abrité un hôtel, illustre le metteur en scène, qui a autrefois collaboré avec Dérives Urbaines, troupe spécialisée dans un théâtre au contenu historique et patrimonial.

«L'hôtel a brûlé dans les années 1950, à cause d'un incendie criminel. Il n'en reste qu'une seule photo... mais beaucoup d'histoires. Je suis allé puiser là-dedans... C'était aussi un endroit éloigné, à l'extérieur de la ville, où l'on venait parfois régler des comptes», poursuit-il. On n'a pas eu la présence d'esprit de lui demander s'il s'agissait toujours là de faits documentés, ou de la partie fabulée, qui se fait écho à «l'imaginaire collectif».

Un ours affamé

La découverte de la caverne - par Joseph-Charles Dubois, un coureur des bois parti à la chasse à l'ours - est devenu un élément central de son récit.

«Pas longtemps après, l'homme est mort [sans doute dévoré] par un ours qui s'était libéré d'un de ses pièges. J'ai préféré écrire cette histoire là du point de vue de l'ours, plutôt que celui du chasseur», sourit l'auteur, ravi de pouvoir utiliser la grotte comme estomac symbolique de l'ursidé.

«Une partie de la pièce est jouée dans la noirceur totale», prévient le concepteur, qui s'est plu à donner vie aux zones d'ombre et de lumière de la psyché humaine. 

La Cavea dure 30 minutes - «une heure en tout, le temps d'accueillir les gens à l'entrée du parc, et de les accompagner jusque dans la caverne», précise-t-il. 

Vêtements chauds et chaussures appropriées sont requises. À l'issue de la représentation, le public pourra participer à une discussion avec les créateurs.

Pour y aller

Quand? Les 4 et 5 juin, 20h

Où? Arbraska Laflèche (255, route Principale, à Val-des-Monts)

Renseignements: 819-457-4033 ou www.arbraska.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer