Une soirée à l'image de Kevin Bazinet

Kevin Bazinet, ici avec son guitariste Vincent Gendron,... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Kevin Bazinet, ici avec son guitariste Vincent Gendron, a offert à ses fans une soirée comme il les aime, avec des chansons à son image.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Complet ajusté sur chemise blanche, chaussures vernies, look impeccable, Kevin Bazinet a le charme d'un crooner sans l'arrogance du jeune premier. Il sait très bien qu'il tient le public dans sa petite poche bien avant que ne résonne le premier accord. Mais pas question pour lui de s'asseoir sur ses jeunes lauriers.

De passage hier soir à la Maison de la culture de Gatineau, l'auteur-compositeur-interprète a lancé la soirée avec la pièce Talk To Me, titre de sa deuxième galette lancée en 2015, dans la foulée de sa grande victoire à la troisième saison de l'émission La Voix

Le chanteur de Mont-Laurier s'est pointé en Outaouais avec déjà une bonne trentaine de représentations dans le corps. Avant d'enchaîner à la guitare avec la jolie Do It, il a remercié le public de s'être présenté à la salle Odyssée, mais aussi de lui avoir permis de voir son disque être certifié or (40 000 exemplaires vendues).

A suivi In Love with You, amplifiée par la présence des quatre musiciens, Olivier Campeau (batterie), Vincent Gendron (guitares), Gabriel Desjardins (claviers) et Steve Bolduc (basse).

Kevin Bazinet a ensuite livré un pot-pourri des chansons qui ont influencé son apprentissage musical. Un hommage à ses racines qui a débuté avec I Got a Woman de Ray Charles. C'est aux premières notes de I feel Good de James Brown que les spectatrices ont quitté leur siège pour aller danser devant la scène. Hier soir, le féminin l'emportait largement - sans surprise - sur le masculin. Ont suivi Johnny B. Goode de Chuck Berry et Let's Get It On de Marvin Gaye, pièce qui lui a donné une excuse parfaite pour faire valser le veston au fond de la scène. Un segment bien maîtrisé dans lequel le chanteur de 24 ans et ses musiciens ont semblé s'amuser ferme. Un numéro qui avait l'énergie d'une finale, mais placé judicieusement en début de spectacle. 

Puis, il est revenu à ses chansons avec une pièce plus personnelle, Make things change

La table était mise pour que le chanteur partage avec le public son propre combat contre l'anxiété. Une maladie qu'il compare à un ours qui nous surprendrait sous la tente en camping. Un ours qu'il a appris à apprivoiser et surtout à abandonner, afin d'être capable de se présenter aux auditions de La Voix

Seul au piano, il a offert une pièce qui témoigne de cette période de sa vie, Sans limites, dans laquelle il chante «Je me bats contre moi-même, je ne peux pas me laisser me détruire». Un numéro tout en sobriété qui lui a valu une longue ovation. 

Restant dans la même veine, il a interprété Insecure, cette fois-ci appuyé par ses musiciens. Il a ensuite servi L'Amour existe encore, pièce qui a marqué son passage à la télévision. 

Vocalement deux des moments les plus forts de la soirée.

Au retour de l'entracte, le complet avait été troqué pour un jean et une chemise en denim, et les souliers vernis pour une paire de baskets. Assis sur des caisses de bois, Kevin et ses musiciens ont offert un passage acoustique qui a débuté avec Come to Me, qui a flirté le temps d'un refrain avec Hotel California.

Everything's Gonna Be Alright, Don't Worry Be Happy et Stay By Me ont complété ce segment aux accents reggae.

Il a ensuite invité celle qui partage sa vie et sa passion pour la musique, Alicia Moffet, à le rejoindre sur scène. Ils ont entonné Surrendered, une pièce qu'ils ont écrite à quatre mains, avant d'emprunter à Meghan Trainor, Like I'm Gonna Lose You

Autre héritage de ses parents musiciens, le morceau Mes blues passent pu dans porte d'Offenbach lui a permis une fois de plus de démontrer qu'il peut jongler avec plus d'un style. Même Eminem s'est glissé dans l'une de ses chansons. Il a fallu patienter jusqu'au rappel pour entendre son succès Jusqu'où tu m'aimes.

Kevin Bazinet a réussi à concocter un premier spectacle à son image. Un tour de chant qui lui permet de piger dans tout ce qu'il aime, et de se lancer dans toutes les directions sans pour autant perdre de la cohérence. Et le résultat est fort sympathique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer