The Sound of Music, une chanson à la fois

Plusieurs se souviennent de la chanson Do-Re-Mi, dans... (Courtoisie, Matthew Murphy)

Agrandir

Plusieurs se souviennent de la chanson Do-Re-Mi, dans The Sound of Music, chantée par les enfants de la famille von Trapp.

Courtoisie, Matthew Murphy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / La musique qui rassemble, la musique qui attendrit les coeurs endurcis, la musique pour fuir l'oppression. Jusqu'à dimanche, la comédie musicale The Sound of Music s'installe au Centre national des arts, donnant vie à des chansons velcro qui nous chatouillent les oreilles depuis plus de 50 ans.

Mardi, soir de première, le spectacle était aussi beau dans la salle Southam, pleine à craquer, que sur les planches. Fort beau de voir par centaines des sourires fendus jusqu'aux oreilles, des têtes coiffées de blanc ou de lulus se dodelinant sans cesse et des lèvres fredonnant chaque parole du répertoire.

L'histoire - faut-il le rappeler? - est celle de la sémillante Maria, une aspirante religieuse forcée de partir du couvent qui refera sa vie comme gouvernante dans la famille de Georg von Trapp, veuf et père de sept enfants redoutablement espiègles. Grâce au chant, Maria saura les conquérir, le coeur du capitaine également, l'amour se dessinant sur fond de Seconde Guerre mondiale et de montée du nazisme.

À quelques exceptions près, la production reste fidèle au film paru en 1965 et qui constitue - pour la plupart - «la» référence. Pas de vilaines surprises pour les puristes, donc... Soulignons qu'à l'origine se trouve le livre autobiographique de Maria Augusta Trapp, The Story of the Trapp Family Singers (1949), lequel fut adapté à la sauce Broadway en 1959 par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II.

Sous la direction de Jack O'Brien, l'action se déroule principalement dans la villa du capitaine, un décor simple mais efficace, composé de colonnes et d'un énorme cadre de scène orné de dentelle, aux teintes versicolores, qui se transformera pour représenter l'abbaye ou, encore, laisser place aux montagnes autrichiennes.  

Dans le rôle de Maria, la jeune Kerstin Anderson agace parfois avec son trop-plein de naïveté et de légèreté, des traits nettement plus nuancés dans l'interprétation de Julie Andrews. Qu'importe, sa voix cristalline épousera impeccablement les notes, s'emparant des aiguës avec grande aisance.

À ses côtés, Ben Davis incarne un capitaine plus humain que celui, hautain et autoritaire, de Christopher Plummer, livrant de sa voix magnifique un Edelweiss très convaincant dans une finale particulièrement troublante aux couleurs du Troisième Reich.

Mais ce sont les talentueux enfants qui voleront constamment la vedette, enfilant avec assurance des succès comme Do-Re-Mi, So Long, Farewell, My Favorite Things et The Sound of Music. Sans oublier Melody Betts, en mère supérieure, qui de sa voix puissante a fait trembler les murs du CNA avec un retentissant Climb Ev'ry Mountain

Certes, la production ne passera pas à l'histoire, mais elle demeure néanmoins un divertissement fort agréable. The Sound of Music représente surtout une belle occasion pour les mordus de se retrouver autour d'un classique qui fait le pont entre les générations.

Pour y aller

Quand? Jusqu'au 17 avril, 20h

Où? Centre national des arts

Renseignements: Billetterie du CNA, 613-947-7000; TicketMaster.ca, 1-888-991-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer