Le couple à la loupe

Gabrielle Lalonde et Maxime Lavoie se donnent la... (Courtoisie, Marianne Duval)

Agrandir

Gabrielle Lalonde et Maxime Lavoie se donnent la réplique dans la pièce On verra.

Courtoisie, Marianne Duval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'auteur Philippe Landry revient à la substantifique moelle de nombre d'histoires: le couple. Tendre, parfois drôle, sa pièce On verra, à l'affiche de la Nouvelle Scène jusqu'au 12 mars, offre une incursion intimiste dans la dynamique «homme et femme, mode d'emploi.» Intimiste car la salle du Studio ne contient guère plus d'une soixantaine de places et que, de fait, le spectateur est (littéralement) assis aux pieds des deux lits du décor.

Deux rangées de sièges encadrent le plateau. Ce dispositif bifrontal renforce la proximité avec les comédiens, transformant les scènes en plans (très) rapprochés. Impossible de s'évader de ce huis clos sur la vie à deux qui ne cherche pas à dépasser les stéréotypes de son sujet!  

Le jeune couple lambda (existe-t-il seulement?) se retrouve disséqué sous toutes ses coutures, gentiment accompagné par un thème musical composé par Venessa Lachance. La pièce alterne le réalisme d'un quotidien parfois très prosaïque (taille de l'engin sexuel) et des envolées de danse plus poétiques. Piano, tango!  

Interprété par Gabrielle Lalonde et Maxime Lavoie, On verra brasse à grands traits les ingrédients stéréotypés d'un duo de trentenaires à l'heure de Tinder et autres sites de rencontres: la personne rencontrée correspond-elle à son profil numérique? Est-il possible de «conclure» rapidement sans trop se poser de questions? 

En courtes saynètes qui ne cherchent pas à sortir du cadre ni à désarçonner, la pièce mise en scène par Éric Perron brasse ces interrogations avec d'autres, d'une teneur bien différente: dès le début du spectacle, on apprend que la naissance d'un enfant se profile à l'horizon. 

«Est-ce que tu vas l'aimer? Vas-tu continuer à m'aimer autant?» sont autant d'inquiétudes qui ouvrent le bal, couvant le ton humoristique de nombreuses répliques à venir. 

L'enjeu initial (la parentalité imminente) agit surtout comme un prétexte pour parler de la relation amoureuse et la remettre en question.

La mèche rebelle et le verbe coloré, Maxime Lavoie est tout à fait crédible dans son rôle de mâle plus bêta qu'alpha, qui grogne quand il a faim et possède une plus grande propension à rouler des joints qu'à se mettre au sport. Face à lui, la sensuelle Gabrielle Lalonde joue davantage dans la retenue et gagnerait certainement à projeter la voix. Il faut dire que cette pièce née d'une Carte Blanche en 2014 inaugure le nouveau studio du théâtre, contigu à la bruyante rue King Edward. Les sirènes n'ont qu'à bien se tenir.

Pour y aller

Où? La Nouvelle Scène

Quand? du 8 au 12 mars

Renseignements: 613-241-2727

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer