Un vent se lève... et foudroie

La pièce de Jean-Marc Dalpé met en scène... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La pièce de Jean-Marc Dalpé met en scène Bryan Morneau, Milva Ménard, David Boutin et Annick Léger.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Quatre comédiens s'avancent un à un dans un décor minimaliste, une grange faite de vielles planches de bois éparses. Nul besoin d'artifices pour qu'éclate l'histoire de Marcel, Rose, Joseph et Marie dans Un vent se lève qui éparpille.

Tout est là, dans le texte. L'amour, la haine, la trahison, le tabou, la tragédie. Mais il fallait du cran pour transposer à la scène le roman de Jean Marc Dalpé, une oeuvre dense où se côtoient étroitement littérature et poésie. Visiblement, la metteure en scène Geneviève Pineault n'a pas froid aux yeux... Une création franco-ontarienne «pure laine» à voir jusqu'à samedi au Théâtre français du Centre national des arts.

Le spectateur mettra quelques minutes pour décoder la proposition artistique, le texte n'ayant pas été modifié pour répondre aux conventions théâtrales habituelles, à commencer par les dialogues. Le récit est porté dans son intégralité, hormis quelques coupures, sans quoi le spectateur en aurait pour quelques heures.

Des minutes, donc, ni trop longues ni ardues, mais nécessaires, et si précieuses pour que l'oreille se tende et soit fin prête pour accueillir - comme il se doit - toute la beauté et la fulgurance des mots de Dalpé, couronnés d'un Prix littéraire du Gouverneur général en 2000.

Des minutes, aussi, à observer attentivement les quatre personnages pour comprendre qu'ils vont livrer, tour à tour, leur version respective d'un drame.

À chaque personnage, sa partition, parfaitement découpée grâce au travail de dentelle de Geneviève Pineault, d'Alice Ronfard et de Johanne Melançon.

Narrées en alternance par Annick Léger (tante Rose), David Boutin (oncle Joseph), Milva Ménard (Marie) et Bryan Morneau (Marcel), les tranches de vie s'empilent les unes sur les autres pour construire une histoire que la mémoire voudrait tant oublier. Malgré le peu de dialogues, la pièce réussit à tenir le public en haleine jusqu'à la toute fin. Une mention toute spéciale aux poèmes de Dalpé mis en chanson par Marcel Aymar et interprétés par Céleste Lévis.

David Boutin, qui incarne l'oncle Joseph, a mis 10 ans (soit depuis Gargarin Way) avant de remettre les pieds sur les planches du CNA. Il aura tôt fait de faire oublier ce long hiatus par ce seul long cri du coeur et du corps, tout transi et tendu de désir brûlant pour sa nièce Marie. Troublant, aussi, comment il réussira à nous aspirer avec lui dans sa passion dévorante, faisant oublier l'interdit de cet amour, faisant presque croire au possible de l'innommable.

Dans le rôle de tante Rose: Annick Léger. Pour ceux et celles qui connaissent toute la richesse de son jeu, celle-ci semblera quelque peu effacée au début de l'aventure. N'ayez crainte, tout cela n'est que subterfuge. C'est qu'elle rumine en silence sa rage abyssale contre son mari Joseph, dont elle connaît le crime, une rage qui montera lentement, comme un volcan, pour exploser avec une force et une violence qui ne laisseront personne indemne dans la salle. Et qui, aussi, la mènera à sa perte.

Afin de relâcher la tension parfois insoutenable que font naître les scènes hautement chargées d'émotions, Dalpé enchaîne avec des intermèdes remplis d'humour, le dramaturge étant passé maître dans la mécanique. Robert Marinier et Roch Castonguay, en bons vieux «potineux» du village, se lanceront ici et là des répliques savoureuses par qui le rire arrivera.

Brian Morneau incarne avec grande justesse Marcel, l'amoureux éploré, alors que Milva Ménard est plutôt décevante, son personnage de Marie étant complètement désincarné. Nervosité de soir de première? Peut-être. Néanmoins, son interprétation gagnerait en profondeur si elle ralentissait le débit, question de laisser chaque phrase l'habiter. 

Mercredi, la salle était bondée d'étudiants de l'école secondaire publique De La Salle, comme s'il s'agissait d'une représentation en matinée scolaire. On aurait pu entendre voler une mouche dans la salle. Pas un mot, pas un geste. Aucun ado affligé de la bougeotte, une maladie qui s'attrape à cet âge-là. Ah oui, et une ovation.

Comme quoi Un vent se lève qui éparpille, qui est une production du Théâtre du Nouvel-Ontario, du Théâtre de la Vieille 17 et du Centre national des arts, passe le test haut la main.

Pour y aller

Où? Centre national des arts

Quand? Jusqu'au 13 février

Renseignements: Billetterie du CNA; TicketMaster.ca, 1-888-991-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer