L'effet Oz, combiné à Noël

C'est le classique par excellence, ensorceleur des imaginaires depuis des... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est le classique par excellence, ensorceleur des imaginaires depuis des générations. De quoi s'agit-il? Du mystérieux Magicien d'Oz, le blockbuster qui a battu tous les records de popularité!

Plus de 100 ans après leur création, la Méchante Sorcière de l'Ouest, l'Homme de fer-blanc, l'Épouvantail, le Lion, Dorothy et le chien Toto font une halte à Ottawa du 29 décembre au 3 janvier. Cette superproduction Broadway tombe à point nommé. De quoi faire briller les yeux des petits et grands en cette période de Fêtes, sur des mélodies inaltérables que l'on fredonne encore, Over The rainbow et We're Off To See The Wizard en tête. Certaines répliques cultes - «Rien ne vaut sa maison.» - se doublent d'une résonance toute particulière ces temps-ci.

L'actrice Emmanuelle Zeesman se fait une joie d'en témoigner: originaire d'Ottawa, cette diplômée en programme vocal de l'école secondaire publique De La Salle incarne Tante Em dans la comédie musicale.

«Quand j'ai appris que je pourrais passer Noël en famille, à Ottawa, j'ai été aussi excitée que le moment où j'ai décroché le rôle», nous confiait-elle depuis Omaha (Nebraska), l'une des premières étapes du calendrier nord-américain.

Grâce au Pays d'Oz, cet endroit des songes où commence l'aventure, la carrière d'Emmanuelle Zeesman prend véritablement son envol. Après avoir multiplié les allers-retours entre Ottawa et Toronto sans s'y établir vraiment, l'artiste polyvalente décidait de déménager à New York, il y a quatre ans, afin de se rapprocher du coeur battant de la comédie musicale. 

«J'ai attendu ma green card toute une année sans pouvoir travailler. Que c'était long!» soupire-t-elle.

Mais l'attente en vaudra la peine. Elle participe à deux spectacles «off Broadway», puis intègre la nouvelle distribution de The Wizard Of Oz réunie pour la tournée nord-américaine. Comme pour les autres comédies musicales, les interprètes ont été choisis autant pour leur capacité à jouer qu'à chanter et danser.

«Sur la route pavée de briques jaunes», l'artiste découvre le gigantisme propre à de telles productions: «Une trentaine de comédiens sur scène, un orchestre entier en tournée, trois régisseurs et huit camions pour tout transporter», s'émerveille l'Ottavienne. Des costumes extravagants, des projections et des effets pyrotechniques, mais aussi quatre nouvelles chansons ont été conçus spécifiquement pour ce spectacle qui dure une heure et demie. Décidément, le monde d'Oz recèle d'inépuisables surprises. 

Inspiré du grand classique de la littérature pour enfants, Le Magicien d'Oz, écrit en 1900 par L. Frank Baum, a été adapté au cinéma par Victor Fleming avec Judy Garland dans le rôle principal (1939). 

Son histoire abracadabrantesque relève du voyage initiatique: l'ingénue Dorothy grandit au sein d'une famille de paysans, au Kansas, où elle s'ennuie ferme. Un jour, une immense tornade l'emporte dans les airs loin des vaches et des cochons. Tourbillons, rafales de vent, elle atterrit au Pays d'Oz et y rencontre ses compagnons de route fabriqués de bric et de broc: l'Homme de fer-blanc, qui rouille lorsqu'il pleure, l'Épouvantail avec sa tête évidée et le Lion sans courage. Ils partent ensemble retrouver le magicien d'Oz dans l'espoir d'être guéris de leurs faiblesses. Tous réaliseront en fin de compte qu'«ils avaient au fond d'eux-mêmes ce qu'ils cherchaient depuis le début».

Emmanuelle Zeesman peut encore attendre quelques décennies avant d'atteindre l'âge de Tante Em, la vieille fermière maîtresse de maison au début et à la fin du récit. La comédienne s'en défend: «Logiquement, la tante Em serait la soeur de la mère de Dorothy, alors qu'elle a plutôt l'âge de sa grand-mère dans le film,» fait-elle remarquer. Cette dernière version lui offrira un lifting de quelques années, ainsi qu'un arrière-plan psychologique plus crédible. 

«Au début de l'histoire, elle est très occupée à la ferme et n'a pas le temps de s'intéresser à sa nièce, raconte la comédienne. Il faut toutefois qu'elle soit assez gentille pour que Dorothy ait envie de retourner chez elle.»  

L'interprète ne chômera pas entre deux apparitions de Tante Em sur scène: Emmanuelle Zeesman incarne également un singe volant et participe activement aux choeurs de la comédie musicale. Un exercice théâtral plutôt Ozé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer