Noël électrifié à bord du Trans-Siberian

Une allure de rock star à la John Bonham (Led Zeppelin), la chevelure longue... (Courtoisie Jason McEachern)

Agrandir

Courtoisie Jason McEachern

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une allure de rock star à la John Bonham (Led Zeppelin), la chevelure longue comme il se doit, un jeu de batterie sans ménagement: cette reconnaissance vaut à Jeff Plate une carrière internationale aux côtés du groupe de rock progressif Trans-Siberian Orchestra (TSO). Le batteur qui officie également dans la formation Metal Church revient à Ottawa le 22 décembre pour le concert The Ghosts of Christmas Eve. Les anges et clochettes de Noël n'ont qu'à bien se tenir!

Jeu instrumental hyperbolique pour se tenir à l'échelle des arénas où le groupe se produit, alliance du lyrisme rock progressif et de l'énergie carrée du hard rock, effets visuels sans demi-mesure... Tout cela s'emparera du Centre Canadian Tire pour un concert de Noël hybride et débridé.

«La première partie du spectacle reprend The Ghosts of Christmas Eve inspiré de l'émission télévisée de la chaîne PBS en 1999, explique Jeff Plate. La seconde présente d'autres succès de Noël ainsi qu'une sélection de nos nouvelles chansons.»

Leurs incontournables? Christmas Eve Sarajevo 12/24, O' Come All Ye Faithful, Good King Joy, Christmas Canon, Music Box Blues, ou encore Promises to Keep et This Christmas Day.

Le groupe fondé par Paul O'Neill il y a deux décennies n'hésite pas à incorporer à sa musique dynamitée une trame narrative à la Broadway, créant un étrange amalgame scénique qu'il qualifie de «rock théâtral».

L'histoire du spectacle a la carrure des contes de Noël. Elle raconte les aventures d'une jeune vagabonde qui, la veille de Noël, entre dans un vieux théâtre de vaudeville abandonné pour y trouver refuge et se protéger du froid...

Le Trans-Siberian Orchestra vient de sortir un nouvel opus, Letters from the Labyrinth, qui ne déroge pas à sa signature rock opératique. Sans surprise, TSO continue de composer de la musique grand angle, pensée avant tout pour être propulsée sur scène lors de concerts d'envergure.

Distribution locale

«Sur scène se produisent 10 choristes, un ensemble de sept instruments à cordes recruté localement, mais aussi deux claviéristes, un bassiste, un guitariste et moi», présente le batteur. Il promet de nouveaux effets pyrotechniques et une débauche de surprises visuelles à couper le souffle.

Comment expliquer le succès d'une telle entreprise qui roule en mode «concert de Noël électrifié», à rebours de ces grand-messes annuelles où l'on baille à moitié?

«Le TSO est allé chercher aussi bien le rock, que le son progressif, le blues ou encore la musique classique. Cette approche englobante de la musique a séduit», analyse le musicien.

Il rappelle d'ailleurs l'étymologie du nom: à l'image du train Transsibérien, son groupe traverse diverses contrées musicales.

Dix-sept ans de tournée hivernale ininterrompue et «un public toujours au rendez-vous.» Trans-Siberian Orchestra aurait-il saisi l'insaisissable miracle de Noël?

Pour y aller

 

Quand: Le 22 décembre, à 16 h et 20 h

Où: Centre Canadian Tire

Renseignements: capitaltickets.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer