Les loups de la finance investissent le CNA

Le duo Jason-Cass est interprété par Luc Picard... (Courtoisie)

Agrandir

Le duo Jason-Cass est interprété par Luc Picard et Sophie Desmarais.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le décor est celui d'un bureau de Wall Street. Il est 4h du matin, le 15 septembre 2008. Jason, un requin de la haute finance internationale, est en train de tout perdre. Les marchés sont dévastés par le tsunami des subprimes qui engloutit les banques, ruine les investisseurs et témoigne de l'absurdité et de l'outrance du monde de la finance moderne.

Dans cette pièce de théâtre au titre généreux, Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël, l'auteur canadien Michael Mackenzie tisse une histoire intime - celle qui lie Jason le patron-spéculateur à son employée Cass, analyste financière; le duo est interprété par Luc Picard et Sophie Desmarais - avec la grande, celle de la chute du capitalisme financier, il y a sept ans.

«Jason n'a pas vu Cass depuis trois mois; on peut dire qu'elle a choisi son moment pour débarquer», lance Luc Picard en entrevue téléphonique.

Que s'est-il passé entre ces deux protagonistes? Pourquoi Cass, après trois mois à l'hôpital, décide de refaire surface en plein effondrement des marchés? L'intrigue mise en scène par Marc Beaupré promet de condenser quelque chose de l'esprit de notre époque, imprégnée depuis plusieurs décennies des injonctions du capitalisme.

La résultante? «Une mondialisation qui provoque une distanciation entre le produit et le consommateur au point où celui-ci ne sait plus ce qu'il achète», analyse Luc Picard.

Sophie Desmarais... (Alain Roberge, Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Sophie Desmarais

Alain Roberge, Archives La Presse

Luc Picard... (André Pichette, Archives La Presse) - image 2.1

Agrandir

Luc Picard

André Pichette, Archives La Presse

La pièce entrelace drame humain et thriller, selon une unité de temps qui participe, sur le plateau, au suspens de l'intrigue. «Le spectacle dure une heure et 25 minutes précisément, le temps d'un décompte que le public voit défiler sur scène, raconte Sophie Desmarais. La catastrophe est imminente.»

De quelle catastrophe s'agit-il? Difficile d'en savoir plus des deux comédiens, habilement peu diserts sur le sujet en entrevue. Les rebondissements d'Instructions (raccourcissons, entre initiés) semblent aussi fuyants que ce que l'on appelle le capital. Car quoi de plus immatériel, insaisissable, fantasmant que cette finance internationale qui domine tout et qu'on ne voit nulle part?

Un lion en cage

En filigrane, la pièce ne se contente pas de raconter une histoire haletante, mais offre une grille de lecture sur le pouvoir (au fond, très humain) de la finance.

Luc Picard en donne des indices en évoquant son rôle de composition, celui «d'un lion en cage».

«Jason fait partie de ces hommes qui brûlent la chandelle par les deux bouts, dorment peu, n'ont pas de famille, abusent de l'alcool et de la cocaïne, font preuve d'une intelligence instinctive plutôt que cartésienne et ne se soucient pas forcément des conséquences morales ou éthiques de leurs choix.»

Les brokers sont-ils victimes ou coupables de ce désastre? L'acteur ne tranche pas. Il rappelle cette fièvre grisante de l'argent et du jeu financier qui a enivré toute une partie de la population et continue de sévir.

Aux commandes: une jeunesse surdouée, faite de petits génies de l'informatique et des maths dont les dons ont été dévoyés avec leur consentement plus ou moins tacite.

Entre deux répétitions, les comédiens ont affiné leurs connaissances sur la finance. Depuis, ils sont devenus incollables sur les subprimes, ces crédits pourris à l'origine de la crise financière.

«Le documentaire Inside Job m'a beaucoup aidée à apprivoiser le langage financier», partage Sophie Desmarais.

Luc Picard a ainsi été atterré d'apprendre que le salaire d'un pdg dans les années 1970 était 30 fois supérieur au salaire régulier d'un employé, alors que de nos jours il peut être 350 fois supérieur. Une démesure à haut potentiel dramaturgique.

Pour y aller

Quand? Du 9 au 12 décembre, 20h

Où? Centre national des arts

Renseignements: Billetterie du CNA, 613-947-7000; TicketMaster.ca, 1-888-991-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer