Anne danse et chante au CNA

La grande première de Anne & Gilbert -... (Courtoisie)

Agrandir

La grande première de Anne & Gilbert - The Musical aura lieu mardi au Centre national des arts. La troupe est dans le dernier droit des répétitions. Sur la photo: Moody et Anne.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Anne Shirley et sa célèbre maison aux pignons verts font partie de l'inconscient collectif canadien depuis la parution du premier volume de ses (més)aventures signé par Lucy Maud Montgomery en 1908.

Après avoir été adapté au petit écran (en téléséries et dessin animé), au cinéma ainsi qu'en comédies musicales (incluant au Japon), la rousse orpheline au tempérament fougueux se prépare à revivre son histoire d'amour avec Gilbert, cette fois, sur les planches du Centre national des arts.

Créé en 2005, Anne & Gilbert - The Musical rassemble une vingtaine d'artistes, en plus d'une douzaine de jeunes comédiens de la région. La production, qui sera présentée en version originale anglaise, prend Ottawa d'assaut cette semaine, et ce, jusqu'au 23 décembre.

«Je suis issue d'une lignée de fans d'Anne!, clame fièrement Ellen Denny, qui lui prête traits et voix sur scène, depuis 2013. Ma mère me lisait son histoire, chapitre par chapitre, quand j'étais petite. La fillette que j'étais alors n'en reviendrait sûrement pas d'apprendre qu'un jour, elle incarnerait Anne!»

Dans cette comédie musicale, les spectateurs retrouveront une Anne sur le point d'entamer sa carrière d'enseignante. Et en train de se questionner sur l'homme qu'elle pourrait bien épouser... Car bien que tout le village d'Avonlea la pousse dans les bras de Gilbert (Alex Furber) - ce qui n'est pas sans rebuter la tête dure qu'Anne peut être... - d'autres prétendants se pointent le bout du nez.

Il y a Moody, «qui exprime mieux ses émotions au violon que par les mots», soutient l'Ottavien David Whiteley, qui joue lui-même de cet instrument depuis plus de 35 ans. «Il comprend vite qu'Anne n'est pas pour lui.»

«C'est un marathon, exigeant mais tellement valorisant... je dois remettre mon corps au diapason de l'énergie que réclame le personnage.»

Ellen Denny
l'interprète d'Anne

Car c'est surtout Roy Gardner, auquel Charles Douglas donne corps et voix, qui viendra brouiller les cartes.

«C'est un vrai gentilhomme, Roy, qui est attiré par la lumière que représente Anne pour tous ceux qui la croisent, explique M. Douglas, originaire lui aussi de la région. Et s'il est riche, c'est aussi un homme généreux, qui veut rendre Anne heureuse. Sur papier, il semble donc le meilleur candidat pour l'épouser, mais...»

Mais il reste ce qui unit déjà Anne et Gilbert, qui finiront par unir leur destinée.

Chanter et danser, maintenant

Les répétitions se sont intensifiées au cours des derniers jours, pour toute la troupe, en prévision des premières représentations devant public mardi et mercredi et de la grande première de vendredi au CNA.

«C'est un marathon, exigeant mais tellement valorisant! lance Ellen Denny. Ma priorité, ce n'est plus tant d'apprendre les chorégraphies et les textes, que j'ai bien assimilés au cours des deux dernières années, que de remettre mon corps au diapason de l'énergie que réclame le personnage!»

Cette dernière quitte rarement la scène, chantant et dansant à qui mieux mieux tout au long de la soirée.

Pour ses nouveaux partenaires Charles Douglas et David Whiteley, il y a toutefois beaucoup à assimiler, entre les pas de danse et les partitions musicales.

M. Douglas confie avoir d'ailleurs relu les romans de Lucy Maud Montgomery pour «s'imprégner des mots avec lesquels elle décrit Roy et ses gestes à travers les yeux d'Anne», pour ensuite aller au-delà de ce regard pour comprendre de l'intérieur qui est son personnage.

Comment expliquent-ils l'attrait que l'histoire d'Anne Shirley continue d'exercer, 100 ans plus tard?

«C'est une héroïne irrésistible, une icône de notre culture, parce qu'elle est imparfaite, elle fait des erreurs, cherche sa place, d'abord au sein de la famille qui l'accueille après la mort de ses parents et du village d'Avonlea, puis en tant que jeune femme au sein de la société de l'époque, évoque Ellen Denny. Elle fait partie de notre identité.»

Pour y aller

Quand? Jusqu'au 23 décembre

Où? Centre national des arts

Renseignements: 613-947-7000, nac-cna.ca; par TicketMaster.ca, 1-888-992-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer