Newsies: orphelins en grève au CNA

La nouvelle version de Newsies a été un... (Courtoisie)

Agrandir

La nouvelle version de Newsies a été un succès immédiat.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'histoire de Newsies - récit de l'authentique grève des camelots menée par une bande et orphelins New Yorkais qui, en 1899, osèrent défier l'empire médiatique dirigé par les magnats Hearst et Pulitzer - n'a pas toujours eu bonne presse.

Le film chanté et dansé qu'en avait d'abord tiré les studios Disney en 1992 fut un énorme flop commercial. Ce n'est donc qu'après sa sortie en vidéo que Newsies finit par acquérir lentement le statut de petit film culte, et des adeptes assez nombreux (ils ont d'ailleurs un nom: les fansies; leur page Facebook réunit 100 000 personnes) pour que les productions Disney soient tentées de réhabiliter l'histoire, 20 ans plus tard. Cette fois, sur les planches, à Broadway.

Bien leur en prit: cette version de Newsies fut un succès immédiat. Les représentations, qui ne devaient initialement s'étaler que sur trois mois, se prolongèrent pendant deux ans et demi. La production a attiré plus d'un million de spectateurs. Et ses concepteurs raflèrent de nombreux prix, dont deux Tony, décernés aux coauteurs de la trame sonore, Alan Menken (La Belle et la Bête) et Jack Feldman, ainsi qu'à Christopher Gattelli, qui en signait les chorégraphies.

C'est cette version, désormais en grande tournée nord-américaine, qu'accueille le Centre national des arts jusqu'à dimanche.

Parmi les rares Canadiens à figurer au sein de cette production se trouve Josh Assor - qu'on a pu voir dans les productions québécoises Sur le rythme et Le blues d'la métropole. Natif de Winnipeg, le danseur a intégré l'équipe de Disney sur la tournée de Mary Poppins, avant de monter en grade.

À 27 ans, il est aujourd'hui assistant du capitaine de danse. Il est également swing. À ce titre, il doit maîtriser les pas et partitions de chacun des personnages, pour pouvoir remplacer n'importe quel danseur qui ferait faux bond, parmi les 15 personnages de newsboys. «Normalement, les swings ne sont pas sur scène tous les soirs, mais j'ai la chance de tenir aussi le rôle de Small, un des garçons de la bande.»

En journée, Josh Assor entraîne les troupes - le plus jeune membre a à peine une dizaine d'années - corrige les imperfections, forme les recrues. «Notre job est de nous assurer que le show reste fidèle à la vision d'origine, mais aussi qu'il demeure aussi neuf et excitant que possible chaque soir.»

Newsies est un peu partout qualifié de «spectaculaire». «C'est un show très athlétique, qui se démarque par ses incroyables chorégraphies», abonde le danseur en évoquant les «multiples acrobaties», sauts, vrilles et autres sauts périlleux qui ponctuent la soirée.

Et les numéros de claquettes ne pas moins dynamiques. «Les jeunes de la distribution doivent couvrir plusieurs genres. Ils sont vraiment plein de talents.»

Newsies se distingue aussi par son imposant décor, notamment ses «trois tours massives qui se déplacent», souligne Josh Assor. «Et puis l'histoire se base sur des faits vécus qui sont déjà fascinants en soi.»

Pour y aller

Quand? Mardi à vendredi, 20h; samedi, 14h et 20h; dimanche, 13h et 18h30

Où? Centre national des arts

Renseignements: 1-866-991-2787; ticketmaster.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer