François Léveillée en toute sagesse

Avec Tout est chimique, François Léveillée se permet de... (Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Avec Tout est chimique, François Léveillée se permet de fouiller dans l'«inconscient collectif» à travers la chanson et le monologue.

Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec Tout est chimique, présenté en formule rodage vendredi soir à Maniwaki et samedi soir à Saint-André-Avellin, le vieux routier de l'humour François Léveillée se permet de fouiller dans l'«inconscient collectif» à travers la chanson et le monologue.

«C'est un peu le rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. On vieillit, on a l'impression que les choses changent, mais elles ne changent pas vraiment», lance à l'autre bout du fil François Léveillée, à propos de son nouveau show.

Connu dans le paysage culturel du Québec comme Barabbas dans la Passion depuis les années 1970, le principal concerné est revenu à ses anciennes amours en 2012, après quatre tournées à titre d'humoriste. En lançant l'album Le deuxieme rôle de ta vie, il a bâti un spectacle mixant humour et chansons qu'il a présenté à près d'une centaine de reprises aux quatre coins du Québec.

Tout est chimique, qu'il vient de commencer à tester sur les planches et qui sera lancé officiellement en avril prochain - en même temps qu'un nouveau disque - est un peu en continuité avec son spectacle précédent. À travers des pièces jazz, pop et folk qu'il exploite avec ses deux acolytes de scène Alexandre Blais et Nicolas Guimont, François Léveillée veut seulement avoir du plaisir et en offrir au public.

«Ce que je trouve intéressant avec cette formule, c'est que je ne me sens pas obligé de faire rire pendant deux heures de temps. Tu passes par toutes les gammes d'émotions. Il y a du fun, de la tendresse, de l'émotion un peu. Ça permet d'aborder des thèmes différents. Il faut quand même que les gens sortent avec un grand sourire à la fin, comme après un bon souper. Il suffit de trouver le bon dosage entre chanson et humour», explique l'auteur-compositeur-interprète et humoriste. 

La vie et la soixantaine

Adieu cependant à Bob Cashflow et au directeur d'école, deux personnages bien connu de son répertoire. «Je les ai envoyés en Floride parce que je trouvais qu'ils ne cadraient pas bien avec le spectacle. Je m'en tiens vraiment à des monologues puis à l'écriture de textes», précise Léveillée.

La famille, l'amour, la vie de couple dans la soixantaine, les boomers, la religion, la génération silencieuse... Dans ce nouveau laboratoire d'anecdotes et de musique, l'homme de 63 ans expose au public sa perception de la vie après plus de 40 ans de carrière. Sans vouloir être moralisateur et tomber dans le cynisme, un état d'âme qu'il considère comme étant un «pesticide», François Léveillée mise plutôt sur l'humour, un «engrais» pour changer les choses.

«On a toujours les mêmes préoccupations. On parle de pollution, de la crise du pétrole, de la paix dans le monde, c'est toujours à recommencer. La vie est un éternel recommencement, mais il faut être capable de voir une évolution. C'est ça le plus grand défi. J'essaie de poser les bonnes questions.»

Celui qui dit avoir toujours fait ce qu'il aime se dit choyé d'avoir encore une tribune après autant d'années sur la scène culturelle. 

«D'être encore là à 63 ans et que le public soit au rendez-vous, c'est un privilège. Je me trouve vraiment chanceux.»

Le rodage de Tout est chimique se poursuit jusqu'en décembre à travers la Belle Province.

Pour y aller

Où? Auditorium de la Haute-Gatineau (Maniwaki) et Complexe Whissell (Saint-André-Avellin)

Quand? Les 23 et 24 octobre, respectivement à 20h et 20h30

Renseignements: 819-449-1651 ou mcvg.org; 819-983-1166 ou lepointdevente.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer