Un déménagement judicieux

The Tubes avec Fee Waybil ont enchaîné leurs... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

The Tubes avec Fee Waybil ont enchaîné leurs succès lors de leur passage sur scène.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le festival de folk d'Ottawa s'est déroulé sous le joug du changement ce week-end. Nouveau site, nouveau nom et succès renouvelé, clament les organisateurs.

Hier soir, quand Everyone Orchestra a joué la dernière note de son spectacle, le rideau est tombé sur le CityFolk. Selon son directeur, Mark Monahan, les changements apportés auront porté leur fruit alors qu'on note une hausse d'environ 50% d'achalandage sur le site du festival. De mercredi à dimanche, environ 50000 ont foulé le sol du CityFolk.

Le parc Hog's Back était encore l'an dernier l'hôte du Festival de folk d'Ottawa. Mark Monahan et son équipe ont toutefois levé les pattes et après avoir obtenu une entente d'un avec la Ville d'Ottawa et Ottawa Sports and Entertainment Group afin d'organiser des spectacles au parc Lansdowne.

«C'était un test, mais nous espérons pouvoir y retourner l'an prochain. [...] On espère que la Ville nous supportera à nouveau en nous permettant d'organiser l'événement au même endroit.»

Selon M. Monahan, le nouvel emplacement - combiné à une programmation intéressante - a largement contribué à attirer une foule plus importante qu'à l'habitude pour le festival.

«La réponse du public a été fantastique. C'est bien surtout parce que plusieurs personnes peuvent venir à pied et il y a beaucoup de choses à faire alentour pour les festivaliers», souligne le directeur du CityFolk.

Pour ce qui est de la programmation, elle regorgeait d'artistes connus et rassembleurs. Pour Mark Monahan, le moment fort du CityFolk a été sans contredit le spectacle de Van Morrison, vendredi soir. Or, il y avait bien plus à se mettre sous la dent avec Of Monsters and Men, Patrick Watson, The Barr Brothers, The Sheepdogs, Passenger, en plus des artistes francophones Lisa Leblanc et les Soeurs Boulay.

Et ces artistes, ce n'était que sur les scènes principales au parc Lansdowne. Le Marvest se déroulait dans plusieurs commerces ottaviens, ainsi qu'au pavillon Aberdeen, avec des performances d'artistes variés tout au long du week-end.

Mark Monahan affirme que, pour l'instant, il n'a pas de plan B pour le site de l'événement et mettra ses énergies afin de s'entendre avec les différents partenaires pour être de retour au parc Lansdowne.

jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer