Le FOÉ en orbite avec Galaxie

Galaxie était la tête d'affiche sur le site... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Galaxie était la tête d'affiche sur le site extérieur de la Fonderie, jeudi soir.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça se bousculait au portillon, jeudi soir, à l'ouverture du FOÉ, le Festival de l'Outaouais Émergent. Impossible de manquer le lieu du lancement sur la rue Laval.

Le tout Gatineau (plutôt jeune et pas encore bedonnant) s'était donné rendez-vous aux 4 Jeudis, où Daniel Boucher ouvrait les festivités par un concert en terrasse. Dans le bar adjacent le Où Quoi, le slameur D-Track attendait patiemment que le volume sonore de son voisin baisse un peu pour débuter sa prestation, prévue à la même heure. «Revenez dans 10 minutes», annonçait-on encore à la porte une demi-heure plus tard. Même à quelques mètres de la scène où se produisait Daniel Boucher, un joyeux brouhaha recouvrait la musique. Ainsi débuta le FOÉ, fidèle à l'image de la musique émergente programmée : fourmillant et plein de vitalité.

Tendance confirmée sur le site extérieur de la Fonderie, un peu plus tard en soirée, avec le groupe de l'Outaouais Eldorado qui assurait l'une des premières parties de la «tête d'affiche» Galaxie: un rock acéré propice à rameuter les festivaliers et dresser la table (ou les oreilles) pour les successeurs. 

Entre deux concerts, il était toujours possible de se restaurer sur place, faire tirer son portrait dans un photomaton mis à disposition des spectateurs, ou tout simplement contempler les étoiles pendant que les musiciens de Galaxie accordaient minutieusement leurs instruments, sans égard pour la bande-son d'attente.  

Coup de FOÉ rock 

Le groupe a vu sa popularité exploser depuis qu'il a été choisi pour assurer la première partie des Rolling Stones sur les plaines d'Abraham, en juillet dernier.   

Fin prête, la formation d'Olivier Langevin et Fred Fortin a levé son verre avant de démarrer sur les chapeaux de roue pour défendre avec ferveur son dernier album Zulu sorti en février dernier. En substance ? Un répertoire tout en énergie explosive, qui tire des guitares et percussions un son abrasif sans demi-mesure. 

Allègre escouade combinant beats dopés et déflagrations électriques, avec quelques envolées bienvenues de la chanteuse Karine Pion, Galaxie s'est employé à corroborer la signature festive, rassembleuse et urbaine du FOÉ.  

Le festival se poursuit vendredi soir aux côtés de Royal Canoe (20h30), Timber Timbre (21h45), et Cherry Chérie (23h), parmi bien d'autres.

Pour y aller

Quand? Jusqu'à dimanche

Où? Site extérieur de la Fonderie et autres lieux

Renseignements: 819-205-2070; www.festfoe.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer