Saphir, charme et élégance

Neige Farmer, Claudia Bertrand et Patrick Sobczak, les... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Neige Farmer, Claudia Bertrand et Patrick Sobczak, les trois membres du groupe Saphir.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marie-Ève Côté retrace le parcours de Barbra Streisand, à travers ses plus grands succès, ce soir, à la Place de la Cité. La chanteuse sera entourée de nombreux musiciens dont un quatuor à cordes et d'un pianiste.

Juste avant ce spectacle gratuit intitulé Memories, le public pourra découvrir à 19h30 le groupe Saphir, troisième et dernier lauréat de la présente édition de Gatineau prend la scène (GPS).

Taillée dans le Vieux-Hull, cette gemme a été ciselée par Neige Farmer et Claudia Bertrand, qui forment le coeur de ce duo vocal, et a été polie par Patrick Sobczack, qui les accompagne, seul à la guitare.

Les deux chanteuses se sont rencontrées il y a un peu plus d'un an, au Où Quoi? lounge. Quelques verres et un zeste de connivence auront suffi: Neige s'emballe et lance une proposition aussi fulgurante que déconcertante: créer ensemble. «On ne savait pas du tout ce que ça allait donner», s'amuse-t-elle.

Une chimie au premier jam

Dès leur premier jam, en octobre 2013, les demoiselles s'aperçoivent que la chimie est au rendez-vous. «J'ai donc proposé à Claudia [de monter] un groupe aux accents vintage, ce qui me semblait un bon passe-partout, une carte d'entrée dans le monde du show-business, et qui pouvait nous permettre de rejoindre un vaste public», entame Neige Farmer.

«On a vraiment laissé aller notre créativité, puis on a commencé à bâtir l'univers de Saphir, qui est un mélange de plusieurs styles. Certaines chansons ont des accents de jazz, d'autres sont plus bluesées; Celui, qui parle d'amour, est un morceau chanté dans un style un peu crooner», enchérit Claudia Bertrand.

À la guitare, le troisième comparse se laisse «inspirer par la bossa nova et les couleurs du jazz brésilien». «J'essaie de mettre en valeur leur poésie et les atmosphères qu'elles essaient de créer avec leurs voix», complète Patrick Sobczack.

Leur répertoire trouve son homogénéité dans les atmosphères «qui rappellent la Belle époque», explique Claudia Bertrand. Car «au-delà des catégories et des styles, Saphir, c'est avant tout une ambiance», estime Mme Farmer.

Musique pour danser

Le groupe n'a pas encore de disque, mais, pour avoir donné dans les bars du Vieux-Hull quelques prestations qui ont convaincu le public, le groupe se sait «rafraîchissant».

«Vous nous amenez vraiment dans votre univers», leur auraient confié plusieurs auditeurs, relate sa partenaire.

Si Saphir apprécie «les choses un peu introspectives», le trio n'est pas toujours indolent. «On essaie de faire aussi de la musique pour danser», lance le guitariste. «Polyvalent», le groupe flirte la moitié du temps avec des «beats entraînants» à consonance plus pop, prévient Neige Farmer.

Le trio se reconnaît toutefois moins dans l'esprit de Sally Folk que dans l'univers de Pink Martini, dont Saphir reprend parfois le succès Sympathique, ou de Brigitte,à qui il a emprunté Battez-Vous.

«Mais on n'a pas besoin de faire des covers: ce sont plutôt nos chansons originales qui font lever le public», sourit Patrick Sobczack.

En entrevue, les membres du jeune trio dégagent un calme feutré digne d'une bibliothèque. Ce côté velours embrasse volontiers, imagine-t-on, «les valses» élégantes, «les ballades» sensibles, «la musique smooth» que laissent entrevoir les chanteuses.

Ou peut-être cette impression est-elle due à l'aspect studieux de Claudia Bertrand, qui, précautionneuse, répond quelquefois aux questions en relisant ses notes, plongée dans son calepin.

Car GPS, vitrine organisée par la Maison de la culture pour servir de tremplin aux artistes locaux en émergence ce n'est pas qu'un concert de 20 minutes... c'est aussi l'occasion pour ces jeunes recrues de bénéficier de plusieurs formations destinées à professionnaliser les artistes en herbe.

Au menu: technique vocale et d'écriture, travail sur la prestance scénique et les outils... mais aussi la gestion des relations médiatiques, «pour éviter tout faux-pas» et «apprendre à se démarquer». Et chaque équipe lauréate (Bijo & Sun, qui s'est produit lundi dernier, et Face Cachée, qui est monté sur scène la semaine précédente) a pris de précieuses notes.

Lundi prochain, Saphir retrouvera les deux autres formations lauréates de GPS, juste avant le spectacle de Damien Robitaille, parrain de cette édition de Gatineau prend la scène.

POUR Y ALLER :

Quand : Ce soir, 19 h 30

Où : Place de la Cité (salle Odyssée en cas de pluie)

Renseignements : 819-243-2525 ;

www.salleodyssee.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer