Au tour de Bijo & Sun de rayonner

Joanie Charron (Bijo) gère claviers et harmonica, tandis... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Joanie Charron (Bijo) gère claviers et harmonica, tandis que Marie-Soleil Provost (Sun) jongle entre saxophone, ukulélé et claviers.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce soir, la place de la Cité accueille Étienne Drapeau. C'est donc au tour du groupe Bijo & Sun, lauréat de Gatineau prend la scène (GPS), de réchauffer les planches de l'ex-star-académicien, et de montrer de quel bois se chauffe ce duo vocal féminin franco-ontarien.

Un bois folk. Ou plus précisément «folk-pop avec une branche country moderne», nous corrige gentiment Joanie Charron, alias «Bijo».

Tandis que sa collègue «Sun», en réalité Marie-SoleilProvost, voix d'alto, jongle entre le saxophone, l'ukulélé et les claviers, Joanie Charron gère les claviers et l'harmonica. Toutes deux chantent en privilégiant les harmonies, mais cette dernière, soprano, est aussi préposée au divertissement.

«Souvent, il faut que je me coupe un peu la jasette (entre les chansons)», reconnaît dans un éclat de rire Joanie Charron, plutôt habituée à tenir le bâton de parole. Le fait qu'elle soit animatrice sur les ondes d'Unique FM n'y est sans doute pas étranger.

Les deux filles se sont en réalité rencontrées en 2013, au sein de Marginal, un groupe rock montréalais que Joanie Charron a intégré pour essayer de «se scratcher la voix sans se mettre à fumer». Bijo & Sun, qui commencent à se faire découvrir le contenu de leur iPod respectif, la «fusion» est quasi immédiate.

Les demoiselles ont sorti en février dernier un premier album éponyme, lancé à la Place des Arts. Le disque venait «compléter» leur mini-album sur lequel avait travaillé Gardy Fury. «Gardy est très calme; son ground nous a beaucoup habitées, ça se sent dans les voix, surtout pour moi qui suis très anxieuse», concède Joanie Michaud, pour qui ce mini-album, malgré sa «base très solide», sonnait un peu trop «popette» (comprendre: pop sucrée). «On voulait une signature plus folk américain», poursuit-elle.

AVEC THE HEARTBROKEN

C'est en 2008, lors d'une tournée en France destinée aux forces armées canadiennes, que Bijo rencontre Damhnait (prononcé Daphnee) Doyle, qui invitera le duo à Toronto pour prendre un café quelques années tard.

«Mais on avait mon plan de match», sourit Joanie Charron, qui espérait secrètement pouvoir collaborer avec cette chanteuse canadienne dont la longue feuille de route comprend une citation aux prix Juno.

«En une seule soirée, qui a été vraiment magique, on a écrit une chanson ensemble, That's Not Love, et c'est vraiment la meilleure de l'album.»

Apparemment satisfaite, Damhnait Doyle les invite à revenir enregistrer la chanson avec les membres de son propre band, The Heartbroken, qui comprend le guitariste Stuart Cameron. De nombreux allers-retours en train et plusieurs nuits blanches en studio auront finalement permis à Bijo & Sun de trouver la saveur que le duo recherchait. Une signature musicale qui lorgne du côté d'Anne Murray, Elvis et Patsy Cline.

Bien qu'elle ne change pas sur le disque, «Marie-Soleil apporte une grande richesse à la ligne vocale, et on chante presque tout en duo à présent». On entendra sa voix sur le prochain disque, promet-elle.

Musicienne accomplie ayant oeuvré au sein de plusieurs formations, Sun est récemment tombée en amour avec l'ukulélé. Sa complice scénique lui avait offert cet instrument afin de pouvoir se faire la main lors de leurs longs et nombreux voyages en auto. «Ce ne sont pas les mêmes accords qu'à la guitare, mais c'est beaucoup plus facile de jouer pendant que Joanie conduit.»

«L'album a pratiquement été entièrement composé sur la 417, dans ma petite voiture verte. Et plus on avance, mieux ça va... Rendues à Embrun, on est réchauffées: les chansons commencent à pogner...»

À SUIVRE

Lundi prochain, on vous propose de découvrir dans nos pages le troisième et dernier lauréat de GPS, Saphir, qui jouera le même soir à la place de la Cité, juste avant un hommage musical à Barbra Streisand.

Les trois formations lauréates de GPS seront de retour le 27 juillet, ensemble, juste avant le spectacle de Damien Robitaille, le parrain de cette édition.

Ybergeras@ledroit.com

Quand : Ce soir, 19 h 30

Où : Place de la Cité (salle Odyssée en cas de pluie)

Renseignements :

819-243-2525 ;

www.salleodyssee.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer