Une nouvelle bedaine, mais toujours aussi tordant

Philippe Laprise a fait hurler la gent féminine...

Agrandir

Philippe Laprise a fait hurler la gent féminine tout en enlevant lascivement son habit de pompier.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le popotin chamboulant sur des rythmes pop endiablés, Philippe Laprise s'avance sur scène, vêtu d'un habit de pompier qu'il enlèvera de manière affriolante sous les cris des spectateurs pour montrer son nouveau body, 50 livres en moins.

En grande forme et en pleine possession de ses moyens, l'humoriste et remarquable conteur s'installe tout l'été au Cégep de l'Outaouais avec Plus sexy que jamais.

Jeudi, lors de la première médiatique, la salle était comble, quelques adolescents fan de Vrak la vie prenant place aux côtés de leurs parents.

D'emblée, il aborde sa perte de poids, le colosse nous montrant ses seins en bananes, son corps ayant fondu depuis que « sa blonde » lui a imposé un régime et qu'il s'est mis au vélo.

Il en profitera pour nous parler de sa relation d'amour avec la malbouffe, une tentation irrésistible qui le mènera chez McDonald's, un numéro qui lui vaudra bien des éclats de rire.

L'incident du camping 

Formidable puits sans fond pour pousser la blague, sa blonde Mylène (qu'on aimerait presque rencontrer) semble être la source d'une série de complots contre sa personne, l'amoureuse faisant de lui tout ce qu'elle veut, le manipulant de façon subliminale, de la destination des vacances à l'achat d'une tente de camping - familiale de luxe.

De long en large, il relate leur séjour en nature : une randonnée pédestre rocambolesque organisée par un GO (gentil organisateur) trop motivé de 12 ans et demi qu'il voudrait pousser dans le ravin, la technique de cuisson de saucisse sur le feu de camp, le toujours-compliqué-pipi-de-minuit, les enfants pas contents, tout y passera.

Au lever, vivement les bagages, Philippe Laprise ayant perdu sa bonne humeur pour les 800 prochaines années. Éprouvant, le camping...

Quand l'humour passe aussi par l'émotion

« Je ne suis pas habitué à ça, arrêtez ça les filles, lancera-t-il au retour de l'entracte pour calmer les cris de la gent féminine. Je suis vraiment très heureux d'être ici, vous être un public écoeurant. »

Quelques minutes plus tard, on entendra ce même public hurler de rire lorsqu'il décortiquera sa vasectomie... une opération qui découle, on le devinera, d'une décision de sa douce.

Suivra un numéro sur son trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité dont il a abondamment parlé en entrevue.

L'entendre nous le raconter sur scène s'avérera un moment touchant de la soirée, l'humoriste vulgarisant son TDAH à coup d'explications, mais aussi d'anecdotes et de maladresses qui ont marqué son parcours de vie.

Tout au long du spectacle, Philippe Laprise séduira avec ses imitations tordantes, son talent de conteur et d'improvisateur, son sens du rythme et ses tranches de vie savoureuses.

On admirera aussi sa capacité à comprendre l'être humain dans toutes ses dimensions, comme s'il pouvait s'introduire dans la tête de toutes les personnes qui l'entourent.

Un détour s'impose, donc, au Cégep de l'Outaouais, question d'aller à la rencontre et la découverte d'un humoriste des plus attachants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer