Labo vivant pour Neuvaines

La troupe de Projet LabGestes15.... (Courtoisie)

Agrandir

La troupe de Projet LabGestes15.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ils sont nombreux, les tiroirs de la création que s'amuse à ouvrir la directrice artistique du Théâtre du Trillium, Anne-Marie White, en ce moment. Non seulement travaille-t-elle à l'écriture de son troisième texte en vue de sa saison 2015-2016, mais elle est aussi plongée jusqu'au cou dans le LabGestes 15, qui sera présenté mardi dans le cadre de la Scène Ontario. Une immersion dans la poésie de David Ménard qui l'emballe au plus au point.

«Toutte est dans toutte», comme dirait l'autre. Toujours en tournée nationale, la production du Trillium Love is in the Birds: une soirée francophone sans boule disco multiplie ses «bienfaits» collatéraux depuis son grand succès à la biennale Zones théâtrales en 2013.

«La directrice de la Scène Ontario, Heather Moore, a vu ce spectacle il y a deux ans, explique Anne-Marie White. Elle a adoré. Elle m'a donc donné carte blanche pour créer une oeuvre qui devait toutefois puiser dans la dramaturgie franco-ontarienne, thème du festival oblige.»

Sans plus tarder, la metteure en scène s'est constituée une équipe réunissant les interprètes Gabriel Robichaud et Geneviève Couture, l'auteure-compositrice-interprète Geneviève Toupin, le multi-instrumentiste Daniel Boivin et le percussionniste Pascal Delaquis. Un détail - mais non le moindre - manquait au tableau: le texte, la matière première...

«Depuis cet automne, je fouillais sans arrêt, sans trouver, soupire-t-elle. Je cherchais une oeuvre choc, celle qui m'ébranlerait, qui collerait bien à l'équipe. Et puis j'ai mis la main sur Neuvaines, le recueil de poèmes du jeune David Ménard paru à la fin février. Fin février, vous vous rendez compte? C'est pour vous dire que je commençais à stresser!»

Un voyage intérieur d'une rare intensité

Publié aux éditions L'Interligne, l'ouvrage - traversé par le douloureux chagrin amoureux - est divisé en neuf actes qui font écho aux neuf jours de prière de la neuvaine. Ayant elle-même reçu une éducation religieuse très stricte, Mme White a ressenti une immédiate affinité, tant sur le plan artistique que personnel.

«Il y a toutes ces références religieuses, au catholicisme, souligne-t-elle. Mais c'est avant tout un voyage intérieur d'une rare intensité. Il articule avec précision ses sentiments, tout en évoquant des images fortes. Il lave sa peine amoureuse en passant par une forme inhabituelle, celle de la neuvaine. Le recueil est rempli de petites perles que j'ai dû relire des dizaines de fois. Tu te soustrayais au matin/je m'additionnais au soir/nous étions toujours dans le rouge. Vous voyez? Tout est là! C'est à la fois simple, sensible et si profond.

Au lieu de faire une adaptation théâtrale des poèmes, elle a confié à Geneviève Toupin la mission de trouver l'âme musicale de chacun des neuf mouvements. «Elle a fait un travail remarquable, s'exclame Mme White avec passion. C'est du génie musical, elle a créé des mélodies en symbiose totale avec le souffle de David.»

À ces ambiances musicales se sont greffés des bouts de texte, choisis par toute l'équipe, qui sont tantôt chantés, tantôt récités. 

«C'est faux de dire que toute poésie est bonne à entendre à l'oral, précise-t-elle. On s'est mis dans la peau du spectateur qui, lui, reçoit les mots pour la première fois. Quoique magnifique, le trop littéraire a été éliminé pour qu'on puisse entendre le texte.»

Est-ce du théâtre musical? «Non, dit-elle, après un long silence. Nos chansons ont une structure atypique, ce qui est en lien avec ma démarche. Je cherche toujours à décloisonner le théâtre, à en évacuer les vieux clichés. On s'en va de plus en plus vers une pratique axée sur la performance, sur les arts vivants, où les disciplines s'influencent entre elles. La femme de théâtre en moi a néanmoins le souci de raconter, de mettre la parole de l'avant. On a donc tout fait pour mettre en valeur le parcours littéraire de l'auteur.»

Le public est convié à découvrir cette première mouture de Neuvaines, une version laboratoire de 45 minutes de ce qui deviendra un objet théâtral lors de la saison 2015-2016 du Trillium.

Pour y aller

QUAND? le mardi 5 mai à 17 h 30

OÙ? Maxwell's Bistro and Nightclub (340, rue Elgin)

RENSEIGNEMENTS: Billetterie du CNA; TicketMaster.ca, 1-888-991-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer