Un cabaret au Théâtre de l'Île

La comédienne Marie-Eve Fortier.... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La comédienne Marie-Eve Fortier.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La saison 2015-2016 du Théâtre de l'Île est «encore plus folle que jamais», promet sa directrice artistique, Sylvie Dufour, qui en a dévoilé la programmation hier, en compagnie d'une poignée de comédiens, parmi les fidèles des lieux.

Folle, car le théâtre municipal plonge cette année dans l'ambiance olé-olé des cabarets des années 1930, à travers une création collective. Du 16 mars au 16 avril, le Cabaret Oh La La! promet des soirées «colorées, poétiques et sexy».

Pour avoir proposé en mars dernier La soupe de Kafka, qui «sortait déjà des sentiers battus», Mme Dufour est convaincue qu'elle peut continuer à s'amuser avec une production «osée, mais [...] artistique», sans risquer de s'aliéner son public.

Création à cinq têtes concoctée par Marie-Ève Fortier, Julie Grethen, Andrée Rainville, Alexandre David et Charles Rose, mais toujours en cours d'écriture, le Cabaret Oh La La! - et M. Rose en particulier - risque de «jouer avec les limites de ce à quoi on peut s'attendre, dans le contexte du Théâtre de l'Île».

Il s'agira d'«un spectacle en mouvance», puisque deux invités surprise, différents chaque semaine, ajouteront leurs numéros à ceux du noyau, explique la directrice artistique.

Folle, aussi, comme dans TOC. Ou plutôt TOC TOC, comédie qui traite des Troubles obsessionnels compulsifs. Écrite par Laurent Baffie (le «fou du roi» de TLMEP, en France), la pièce mettra en vedette Richard Bénard dans le rôle de Fred, un homme atteint du syndrome de La Tourette, ce qui lui fait constamment crier des obscénités.

La scène se passe dans la salle d'attente d'un psychiatre, où poireautent cinq «patients» manifestement troublés. C'est présenté du 16 septembre au 17 octobre.

L'infatigable Sagouine reprendra du service dans quatre nouveaux monologues d'Antonine Maillet. L'octogénaire Viola Léger, incarnation du personnage, interprétera cette fois La bounne année, La guerre, La loterie et L'enterrement», du 16 septembre au 17 octobre.

Du 27 janvier au 27 février, la comédienne Marie-Nicole Groulx viendra présenter Maman, si tu m'voyais, un spectacle hommage à Diane Dufresne, qui fait suite à la carte blanche que Mme Groulx avait présenté à l'Espace René Provost en 2011.

Dans la peau d'Yvette Lacroix, propriétaire de la Buanderie des bas perdus et fan inconditionnelle de Dufresne, Mme Groulx passe en revue 33 chansons du répertoire de la diva. La mise en scène est signée Mathieu Charette. François Gravel est au piano. Le spectacle vient d'être présenté à la Place des arts, à Montréal.

Le «plus petit des grands théâtres» accueillera deux pièces communautaires, Small Talk et La Salle à manger.

Small Talk a permis à son auteure, Carole Fréchette, de recevoir l'an dernier un Prix du Gouverneur général, rappelle Mme Dufour, qui assurera la mise en scène de ce «drame puissant», en collaboration avec la comédienne Sasha Dominique. Cette création originale prendra l'affiche du 4 novembre au 5 décembre.

La comédie de Albert R. Gurney, dans une traduction de Joël Beddows, sera présentée du 4 mai au 4 juin.

On verra défiler et s'entremêler dans le même espace - la Salle à manger du titre - des personnages venus de différentes époques.

Ybergeras@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer