«C'est aussi ça le théâtre»

Mélanie Dumont, directrice artistique associée, volet Enfance/jeunesse, et... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Mélanie Dumont, directrice artistique associée, volet Enfance/jeunesse, et Brigitte Haentjens, directrice artistique du Théâtre français et metteure en scène.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dialoguer avec le public, tel était le souhait de Brigitte Haentjens à son arrivée au Théâtre français du Centre national des Arts. Elle présente aujourd'hui sa quatrième saison, la discussion - déjà fructueuse et percutante - se poursuivant en 2015-2016, s'enrichissant d'une multitude de points de vue qui interrogent le monde dans lequel nous vivons.

«On trouve dans cette programmation une grande diversité de préoccupations, de regards et d'écritures, s'empresse de dire la directrice artistique, qui fera pause de création l'an prochain. Les formes sont aussi très variées. J'ai envie que le public redécouvre à chaque fois le théâtre, qu'il se dise: 'tiens, c'est aussi - ça - le théâtre'.»

La création étant au coeur de la mission du CNA, le Théâtre français produira en début de saison un happening musical et poétique qui célébrera la parole franco-ontarienne et réunira «la relève d'ici, une jeunesse pleine d'espoir», souligne-t-elle.

Parmi les six coproductions à l'affiche, mentionnons Septembre, écrite et interprétée par Évelyne de la Chenelière, dans laquelle une mère s'interroge sur le sort de son enfant et la violence ambiante (14 au 17 octobre).

Revivre Shakespeare en cinq heures, ça vous dirait? Voici ce que propose Olivier Keimed dans Five Kings, une réécriture de Richard II, Henri IV, Henri V, Henri VI et Richard III (19 au 22 novembre). «La langue d'Olivier est mordante et pleine de verve, affirme-t-elle. C'est formidable de faire partie d'un projet si ambitieux. D'ailleurs, la pièce fera l'objet d'une tournée à l'étranger.»

Passionnés des univers éclatés, réjouissez-vous des partenariats suivants: l'incomparable Joël Pommerat, dont on a vu La réunification des deux Corées et Cendrillon, toutes deux inoubliables et inclassables, est de retour avec Ça ira (1), Fin de Louis, qui portera sur la Révolution française et fera appel à quelques comédiens d'ici. Robert Lepage s'amènera seul sur scène dans le déjà acclamé 887, là où se côtoient souvenirs d'enfance, histoire du Québec et désespoirs de la mémoire (12 au 16 avril). Denis Marleau et Stéphanie Jasmin reviennent avec L'autre hiver, un opéra fantasmagorique qui sera porté par deux chanteuses, un ensemble instrumental, un choeur d'enfants et un choeur de femmes (25, 27 et 28 mai).

Jean-Marc Dalpé verra son roman Un vent se lève qui éparpille adapté au théâtre par Geneviève Pineault, Johanne Melançon et Alice Ronfard (10 au 13 février). «Au début, rigole-t-elle, j'étais sceptique. Comment peut-on adapter un texte aussi lyrique? Elles ont fait un travail remarquable pour mettre en action un univers poétique sur le meurtre, le suicide et l'inceste.»

Autre accueil international, la réputée compagnie flamande tg STAN débarquera avec son adaptation de Scènes de la vie conjugale, d'Ingmar Bergman, portant sur un couple en crise (27 au 30 avril). «J'adore Ruth Vega Fernandez et Frank Vercruyssen, s'exclame-t-elle. Ces créateurs-acteurs font fi des conventions, ils travaillent sans metteur en scène et le résultat est époustouflant.»

Également au programme, As Is (tel quel) de Simon Boudreault et Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël avec Luc Picard et Sophie Desmarais, deux pièces acclamées par la critique et le public.

«Plusieurs lignes de force se dégagent des six spectacles, affirme Mélanie Dumont, directrice artistique associée, volet Enfance/jeunesse. Les créateurs abordent avec subtilité des thèmes comme l'amitié, la solidarité, la rencontre et la différence avec l'autre.»

Du côté des plus jeunes...

À surveiller, Petit Pierre (8 ans et +), un spectacle-phare du Carrousel qui éblouira par son incursion dans l'Histoire et son imposant décor. Mentionnons également L'après-midi d'un foehn (5 et +), où la musique de Debussy est remixée par un DJ et des ventilateurs propulsent au vent des marionnettes en sac de plastique, créant ainsi une jonglerie féerique inoubliable. Le Théâtre de l'Oeil présentera Le coeur en hiver, une adaptation de La reine des neiges - vous avez bien lu - avec marionnettes et, comme toujours, un savoir-faire inégalé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer