Hamdad le «fraudeur» revient au bercail

«C'est un énorme plaisir que de revenir dans... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

«C'est un énorme plaisir que de revenir dans cette école où beaucoup de choses ont commencé pour moi», dit Mehdi Hamdad.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le festival en milieu scolaire Quand ça nous chante entame sa 12e édition, jeudi, à l'École De La Salle d'Ottawa.

Le festival ontarien est parrainé cette année par l'Ottavien Mehdi Hamdad. Le jeune artiste partagera la scène avec Anique Granger, Tricia Foster et Le R, samedi, lors de la soirée de clôture, à l'occasion d'un grand concert symphonique.

Dirigé par le maestro Frédéric Lacroix, l'orchestre symphonique De La Salle, étoffera la prestation des quatre auteurs-compositeurs-interprètes franco-ontariens. Ils ne passeront pas l'un après l'autre, mais se partageront les micros, sur scène. La direction artistique du spectacle a été supervisée par le musicien Marcel Aymar.

«J'ai hâte! C'est un énorme plaisir que de revenir dans cette école où beaucoup de choses ont commencé, pour moi», clamait hier Mehdi Hamdad, ancien élève de cet établissement secondaire offrant des programmes spécialisés dans les disciplines artistiques.

Questionnement

S'il ne cachait pas sa joie, le fondateur du Cayenne Club avouait du même souffle la difficulté qu'il éprouvait à se «préparer psychologiquement» à la présence d'un orchestre symphonique. «Je me demande ce que je fais là... j'ai été en théâtre [à De La Salle] parce que je n'étais pas assez bon en musique...» confesse l'auteur-compositeur-interprète, en se qualifiant de «fraudeur», à la blague. «Là, on vient de caller mon bluff!» rigole-t-il.

Plus sérieusement, «c'est vraiment trippant de jouer avec Christian [Djohossou, alias Le R] et avec Tricia et Anique, que je connais depuis près de 10 ans, et que j'avais d'ailleurs rencontrées lors d'un festival Quand ça nous chante», dit-il, sur un ton nostalgique.

«C'est aussi un honneur de pouvoir retravailler avec Marcel Aymar, qui dirigeait [le spectacle] Les héritiers de Champlain, auquel j'ai participé quand j'étais tout jeune.»

En tant que parrain de l'événement, sa joie s'entremêle à la fierté - sauf en ce qui concerne l'aspect «vieux croûton consacré dans sa croûtonnerie» - car, en parallèle à sa carrière, Mehdi Hamdad, animé par une vocation pédagogique, donne depuis 10 ans de nombreux ateliers de création destinés aux jeunes. Le profil scolaire de Quand ça nous chante ne pouvait que séduire le musicien, qui y voit «un beau point de jonction» avec son travail auprès des adolescents. Pour avoir récemment été apostrophé par certains de ses anciens 'élèves', il sait qu'il s'apprête à en recroiser plusieurs au sein de l'orchestre, confie-t-il.

Big Balade ET Mastik

Deux autres concerts ouverts au public seront présentés d'ici samedi.

Jeudi, à 20h, l'auditorium de De La Salle attend un mélange de rythmes rock, trad et funk, en compagnie des groupes d'Ottawa Big Balade (collectif auquel participe Ami Jetté) et Hey, Wow (dans lequel officie Jean-Marc lalonde).

Les amateurs de musique alternative peuvent réserver leur vendredi soir (20h), alors que le trio électro Mastik viendra partager les morceaux de son tout nouvel album, De sol et d'éther.

Les spectacles d'ouverture et de clôture sont présentés par La Nouvelle Scène, en collaboration avec l'Association des professionnels de la chanson et de la musique, tandis que le concert de Mastik est soutenu par la série «CNA présente» du Centre national des arts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer