Le talent théâtral sort du bocal

Ce n'est pas parce que leur compagnie s'appelle Le projet bocal, que les... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce n'est pas parce que leur compagnie s'appelle Le projet bocal, que les Gatinois d'origine Simon Lacroix et Raphaëlle Lalande, et Sonia Cordeau ont choisi de tourner en rond. Bien au contraire! Ce jeune trio d'artistes fraîchement diplômés du Conservatoire d'art dramatique prend les devants et sait frapper aux (bonnes) portes.

Le théâtre La petite Licorne, interpellé par un DVD de présentation envoyé à tout hasard, décide de programmer leur toute première création en 2013. La pièce éponyme y sera jouée une dizaine de fois avant d'être reprise dans d'autres théâtres montréalais.

«Nous avions invité Brigitte Haentjens à l'une de nos représentations, sait-on jamais», raconte Raphaëlle Lalande.

Bingo! La directrice du Théâtre Français au Centre national des arts (CNA), séduite par Le projet bocal, programme la pièce la saison suivante, soit la semaine prochaine, à quelques encablures de sa propre mise en scène de Richard III (21 au 25 avril) et des Aiguilles et l'opium de Robert Lepage (19 au 23 mai). La classe!

C'est justement au conservatoire de Montréal que les trois complices se sont découvert des affinités artistiques.

«Je connaissais déjà Simon, avec qui j'avais étudié au collège Nouvelles Frontières, précise Raphaëlle. Nous avons rencontré Sonia au conservatoire. Le trio s'est formé pendant les soirées des Ateliers Libres qui y étaient organisées, des scènes ouvertes aux étudiants. Artistiquement, nous partagions la même énergie, la même répartie.»

Ensemble ils bâtissent des saynètes dont la forme courte et efficace sera reprise dans leurs pièces Le Projet Bocal et, plus récemment, Oh Lord. Ce choix leur permet une liberté de tons et de styles protéiformes - du monologue au poème, du conte urbain à la chanson.

L'humanité sans tralala et la spontanéité de ces jeunes acteurs filerait droit au coeur des spectateurs: il suffit d'aller jeter un coup d'oeil aux vidéos sur YouTube pour en avoir un avant-goût. Un seul regard, tout est dit. D'un seul geste, monte l'émotion. Il y a ce côté comique décalé, parfois grinçant, dans la veine des sketches à la chute complètement inattendue, et l'aspect plus touchant, mélancolique et dramatique.

«Nous ne cherchons pas à être drôles à tout prix, nuance la comédienne. Mais nous aimons beaucoup surprendre, pousser les situations à l'extrême.»

Ils fabriquent tout eux-mêmes - textes, mise en scène, interprétation, chansons même! - et s'activent avec la simplicité de ceux qui ont mené leur barque sans rien demander à personne, ce qui n'exclut pas la camaraderie ni la fantaisie.

«Le Projet bocal, c'est à la fois un cabinet de curiosité et un espace où l'on peut déformer la réalité, comme le verre d'un bocal,» métaphorise gaiement la Gatinoise.

Ainsi, sans tourner en rond, la comédienne et son ancien camarade de classe Simon Lacroix «bouclent la boucle» en se produisant au CNA: «Je trouve ça symbolique et émouvant de venir jouer dans un lieu où nous avons vu nos premières pièces de théâtre», conclut-elle.

Pour y aller

QUAND? Du 18 au 21 février

OÙ? Centre national des Arts

RENSEIGNEMENTS: Billetterie du CNA, 613-947-7000 ; Ticketmaster.ca, 1-888-991-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer