Philippe Bond, coeur solitaire

Philippe Bond.... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Philippe Bond.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Philippe Bond revient jeudi à la Maison de la culture avec son nouveau spectacle solo - et sans titre. L'humoriste a préféré un numéro, le 2, afin que le public ne le confonde pas avec le précédent, en dépit du fait qu'il s'est écoulé moins d'un an entre les deux, explique-t-il.

Si l'écriture a été si fulgurante, c'est un peu parce que «dans le premier, je faisais beaucoup de rappels où j'improvisais pendant 15 ou 20 minutes». Il a été assez aisé de réutiliser le meilleur de ce matériel, en le peaufinant avec la complicité de Sylvain Larocque, son script-éditeur depuis que Philippe Bond est sorti de l'École nationale de l'humour en 2002. Le public n'aura pas l'impression de redite, car «tout est amélioré», précise-t-il toutefois.

Ce qu'il reconnaîtra, en revanche, c'est l'esprit Bond, qui, loin du gag one-liner, invite l'auditoire à partager son quotidien à travers un florilège d'anecdotes parfaitement authentiques, dit-il, quoique «légèrement grossies».

Dans son premier solo, sorte de «carte de visite pour dire qui je suis et d'où je viens», il dressait le portrait de sa famille. L'humoriste élargit le champ de la caméra, en nous faisant à présent découvrir son cercle social. «Je parle beaucoup de mes amis; je rends hommage à ces chums fidèles que je côtoie depuis plus de 25 ans [...] et qui m'aident à garder les deux pieds sur terre.» 

À travers le prisme de ses amis, le lauréat de l'Olivier de l'année partagera plein d'anecdotes de voyages, d'achat de maison, de pendaison de crémaillère et de mariage. 

Mais il ne nous présentera pas sa blonde. Car M. Bond - bien qu'il ait vu défiler des centaines de jolies candidates venues participer au jeu de séduction Allume-moi qu'il animait à V - confesse dans un nouveau numéro être célibataire depuis des lustres. «J'étais l'entremetteur: je n'avais pas le droit de participer! Un cordonnier mal chaussé...» se défend-il, mi-rieur, mi-pincement au coeur.

Nouvelle émission

Car si animer Allume-moi «était le fun au début», la perspective de se retrouver à nouveau au milieu de tous ces jeunes gens prêts à parader en couple lui «pesait davantage» à chaque nouvelle saison. 

«Mon horaire fait en sorte que je n'ai pas vraiment le temps de fonder une famille [...] et ça me rend triste, parce que je me voyais là, à 35 ans; et c'est là que sont rendus mes chums», explique celui qui depuis cinq ans se lève à 3 h 30, «même les lendemains de shows», pour faire résonner les micros de la station de radio NRJ, à Montréal. 

«Je compte ralentir en 2015», indique-t-il. 

Faut-il le croire? Il prendra cette année les commandes d'une nouvelle émission de variétés, cette fois à TVA - diffusée dès avril, précise-t-il en primeur au Droit

«Tout ce que je peux en dire, c'est que l'émission me ressemble beaucoup: je ne jouerai pas à Cupidon; je ne parlerai pas de prix comme à The Price Is Right; je ne lirai pas de bulletin de nouvelles. C'est très drôle et je suis vraiment content qu'on m'ait apporté ça sur un plateau d'argent», dit-il, avant de réitérer qu'il est resté «en bons termes» avec les responsables de V.

Vous voulez y aller?

OÙ? Maison de la culture

QUAND? Les 22 janvier, 15 mai, 14 et 15 août, 20h

RENSEIGNEMENTS? 819 243-2525; salleodyssee.ca

---

OÙ? Centre des arts Shenkman 

QUAND? Le 14 novembre, 20 h

RENSEIGNEMENTS? 613 580-2787; shenkmanarts.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer