Tout pour attraper la piqûre théâtrale

Au Théâtre de l'Île, Mathieu Charette se frottera... (Courtoisie)

Agrandir

Au Théâtre de l'Île, Mathieu Charette se frottera à la cultissime Cantatrice chauve de Ionesco en dirigeant six citoyens-acteurs, du 29 avril au 30 mai.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'on a eu droit au côté cour. L'heure est maintenant venue de passer côté jardin, en cette deuxième portion de saison théâtrale, qui réserve quelques rendez-vous fort attendus.

La dose Robert Lepage

Curieuse sensation que de revivre, des décennies plus tard, des mises en scène marquantes de la scène théâtrale québécoise. Dans la veine d'Albertine en cinq temps, remontée l'an dernier au Centre national des arts par Lorraine Pintal 30 ans après sa création, Robert Lepage recrée à son tour Les aiguilles et l'opium. Un solo culte de son répertoire inventé il y a deux décennies déjà, et présenté du 19 au 23 mai avec le même acteur, Marc Labrèche (au Centre national des arts). De quoi assurer une courroie de transmission vers la jeune génération...

Pièces d'anthologie

Toujours au CNA, Sébastien Ricard s'attaque au premier grand rôle du répertoire, celui de Richard III, de Shakespeare, dans une mise en scène de la directrice artistique du Théâtre français (TF) Brigitte Haentjens.

Au Théâtre de l'Île, Mathieu Charette se frotte à la cultissime Cantatrice chauve de Ionesco en dirigeant six citoyens-acteurs dans cette pièce âpre où les personnages sont pris dans un engrenage absurde dans une société paranoïaque (29 avril au 30 mai). 

À la même enseigne, la directrice Sylvie Dufour proposera un tour d'horizon de la littérature dans La soupe de Kafka, de Mark Crick (11 mars au 11 avril).

Oscar Wilde se fera entendre à la Maison de la cultude de Gatineau (MCG), dans L'importance d'être constant, une comédie au pays des dandys et des ladies (6 et 7 février).

Le spectre de la guerre

En cette année commémorative de la fin de la Seconde Guerre mondiale, deux pièces s'inspirent des pages noires de l'histoire. 

De (très) loin, avec Le Prénom, comédie douce-amère campée lors d'une soirée entre amis; le prénom du bébé à naître tombe entre la poire et le fromage... ce sera Adolf! La nouvelle ne fait pas «führer» (26 au 28 mars à la MCG).

Quant au Journal d'Anne Frank adaptée au théâtre par Éric-Emmanuel Schmitt, il octroiera une session de rattrapage à ceux qui n'auraient pas lu le livre. Ce témoignage sur la vie clandestine d'une famille juive pendant la Deuxième Guerre sera mis en scène au Québec par Lorraine Pintal (le 16 avril au Centre des arts Shenkman, puis les 17 et 18 à la MCG).

Place aux créations d'ici

En primeur ou en reprise, les auteurs de la région ont la côte à La Nouvelle Scène. Cette saison 2015 reprendra notamment Quand la mer... d'Esther Beauchemin, programmé aux Zones Théâtrales 2013, à voir ou revoir à l'école secondaire publique De La Salle (12 au 14 février; 19 au 21 février).

Cinéma, de Mishka Lavigne, déjà lue aux Feuilles vives: Paysages de la dramaturgie franco-ontarienne en septembre 2012, fait l'objet d'une coproduction par le Théâtre la Catapulte et le Théâtre Belvédère dans une mise en scène de Caroline Yergeau (du 29 avril au 1er mai, lieu à dévoiler).

Le Centre des arts Shenkman accueillera Americandream.ca, premier chapitre d'une trilogie de comédies de moeurs signées Claude Guilmain (30 avril et 1er mai).

Le CNA programme Le long voyage de Pierre-Guy B., fiction autobiographique inspirée de la vie du percussionniste Pierre-Guy Blanchard (28 au 31 janvier). À voir également au même théâtre, Le projet bocal, première création d'un jeune trio d'acteurs sorti récemment du Conservatoire d'art dramatique (18 au 21 février). Puis, le 27 mars, Journée mondiale du théâtre, la directrice du TF Brigitte Haentjens donne la parole aux auteures d'ici lors d'une «soirée fougueuse destinée à célébrer la langue» et intitulée S'appartenir(e).

Par ailleurs, cette année encore, le Théâtre de la Ville de Gatineau reconduit son Laboratoire de mise en scène (10 au 14 février) et ses Cartes blanches: du 26 au 28 mars, avec Dominic Faucher et Fred Abel; du 21 au 23 mai avec Josianne Lavoie/Les poids plume.

Comédies toutes légères

La Corneille de Lise Vaillancourt croassera au Théâtre de l'Île avec ses situations conflictuelles, certitudes sapées et répliques assassines (28 janvier au 28 février).

À la MCG, Les Chroniques de Saint‑Léonard mettent en scène et en comédie une famille traditionnelle italienne un brin envahissante (13 et 14 mars).

POUR Y ALLER:

La Nouvelle Scène: 613-241-2727; yetre.com/

Centre national des arts: 613947 7000; nac-cna.ca

Théâtre de l'Île: 819-243-8000; www.ovation.qc.ca

Maison de la culture: 819243 2525; www.odysse.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer