Dessine-moi un homo cyberneticus

Cinq visages pour Camille Brunelle, pièce-chorale à la... (Jérémie Battaglia, Archives La Presse)

Agrandir

Cinq visages pour Camille Brunelle, pièce-chorale à la structure singulière, met en vedette cinq jeunes qui déclinent leur vie à la manière Facebook.

Jérémie Battaglia, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur scène, deux hommes et trois femmes remercient le public de s'être déplacé. Ils sont jeunes, beaux, célibataires, et surtout accros aux réseaux sociaux. Attentifs à ce nouveau théâtre de la communication humaine, auteurs et metteurs en scène contemporains s'intéressent à la construction identitaire de l'homo cyberneticus. Comment se forge sa subjectivité dans l'interaction avec l'outil numérique? Comment pense-t-il, s'exprime-t-il, agit-il?

Ces questions avaient déjà été soulevées dans le iShow, spectacle interactif présenté aux Zones Théâtrales l'an dernier. Elles le sont de nouveau, avec grande pertinence, dans Cinq visages pour Camille Brunelle, un spectacle mis en scène par Claude Poissant. À voir au Centre national des arts pour une ultime représentation ce soir.

L'auteur de la pièce, Guillaume Corbeil, fait le portrait d'une génération - la sienne - par le prisme des réseaux sociaux. Désignés par des chiffres, les cinq personnages se dévoilent à travers leurs préférences, leurs références culturelles, leurs humeurs du jour. Les répliques répondent très justement au style employé sur ces sites: concises, à la première personne, souvent metadiscursives.

Sur la déclinaison de «j'aime...», «j'ai lu...», elles nous aident d'abord à mieux définir ces avatars mis en scène. L'identification fonctionne à plein régime puisqu'on ne peut s'empêcher d'acquiescer intérieurement sur la lecture de tel ou tel livre, le visionnage de tel film.

Mais très vite, la mécanique déraille, les références accumulées se parasitent entre elles, le profil des uns se brouille avec celui des autres.

Ne reste qu'un brouhaha polyphonique où la surenchère constitue la seule règle pour chercher à se démarquer.

Selon cette loi de la jungle numérique, la pièce avance crescendo. Les gammes varient, on cherche d'abord à briller par ses références culturelles, puis ses rencontres insolites, enfin ses actions un peu moins glorieuses, voire franchement inavouables...

Et quand les clichés pris sur des cellulaires viennent entériner le propos, on se dit que la pièce est, à cet instant, l'objet même de cette outrance, le spectateur admirant, presque malgré lui, le roman-photo d'une débâcle. On attend que le sale coup pointe son nez dans ce combat d'ego. Jusqu'où peut-on être témoin et acteur de son propre voyeurisme?

La pièce de Guillaume Corbeil se saisit intelligemment des enjeux que soulèvent ces nouveaux modes de communication. Elle montre comment l'interconnexion des cerveaux par les réseaux électroniques se révèle un théâtre de jeu d'hybridités dans lequel le même et l'autre se rencontrent et se confrontent, obligeant les individus à se dire et se repenser eux-mêmes. Les modalités de la rencontre se réalisent même avec un certain plaisir d'assister à la perte de sa propre identité. L'individu devient multiple: à la fois lui-même et quelqu'un d'autre, unique et plusieurs, dans le temps humain et dans le temps-machine.

Par ses jeux de projection et de transparence, l'ingénieuse scénographie de Max-Otto Fauteux apporte encore plus de relief à cette multiplicité du moi. Chaque personnage y joue un rôle ambivalent: il est à la fois autre, étranger et miroir du moi, alter ego.

Quant à la mise en scène de Claude Poissant, elle illustre sans folie ce paysage virtuel défini par la désincarnation, laquelle, il faut en convenir, n'est pas très théâtrale. On ne se plaindra pas du fait que le spectacle soit ficelé en 1h10.

Pour y aller >

  • OÙ?Centre national des arts
  • QUAND? Jusqu'au samedi 18 octobre
  • RENSEIGNEMENTS: Billetterie du CNA, 613-947-7000 ; www.nac-cna.ca
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer