Faire l'humour en toute humilité

L'affiche du spectacle Les Morissette.... (Courtoisie)

Agrandir

L'affiche du spectacle Les Morissette.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Véronique Cloutier prévient ses fans d'emblée : « Dans le spectacle, c'est moi la plus surprenante. Disons que je le vois clairement dans les yeux des gens qui s'écarquillent dans les premières rangées : je les secoue pas mal! » lance-t-elle en riant.

Au point où l'équipe de créateurs a joué avec l'ordre des numéros, après les premiers soirs de rodage, histoire de donner une chance au public d'apprivoiser cette nouvelle facette de leur vedette chouchou.

« Je me suis toujours souciée de ce que les gens pensaient de moi. Avec ce spectacle, pour la première fois, je m'en fous totalement! » soutient Véronique Cloutier.

Les spectateurs se demandent ce qui est vrai ou pas dans ce qu'elle dit? Tant mieux! répond-elle.

« Pour moi, la ligne est claire : je ne pense peut-être pas personnellement chacun des mots que je prononce sur scène, mais j'endosse complètement la réaction qu'ils provoquent dans la foule, par exemple! »

Elle en profite d'autant plus, contrairement à Louis Morissette, qui a « moyennement de marge de manoeuvre » pour s'en prendre à elle, elle peut s'en donner à coeur joie et se permettre « de fesser dessus ».

« Je fais rire alors que lui suscite des 'hon'!» rigole-t-elle à l'autre bout du fil.

Un tel lâcher-prise de sa part n'aurait peut-être pas été possible, il y a de cela quelques années encore. Si Véronique Cloutier se sent aujourd'hui si à l'aise de montrer une facette plus crue d'elle-même, c'est parce que le tandem qu'elle forme avec son conjoint les rend crédibles dans leur rôle.

« Louis et moi, on a le vécu pour parler de vie à deux. On a trois enfants, on a traversé des moments difficiles ensemble... On est donc bien placés pour parler du couple, de la passion qui s'étiole et qu'on doit rallumer. C'est grâce à ça que les gens nous croient et embarquent. »

À son avis, le fait que le public en sache autant sur eux, leur carrière et leur quotidien s'avère bien plus un avantage qu'un inconvénient.

« Les gens nous suivent depuis longtemps et parce qu'ils nous connaissent autant, il a fallu pousser parfois assez loin pour arriver à les surprendre. »

Pas pour les enfants

Véronique Cloutier tient d'ailleurs à préciser que Les Morissette ne relève pas du rendez-vous familial.

« Ce n'est pas Les Enfants de la télé transposée sur scène, prévient-elle. On parle de sexualité pas mal, alors je ne recommande pas aux parents d'amener leurs enfants de moins de 15 ans. De toute façon, je ne vois pas ce qu'ils trouveraient d'intéressant à nous entendre parler de vie de couple et de conciliation travail-famille. »

Louis Morissette et sa conjointe poussent d'ailleurs la vigilance jusqu'à envoyer leur assistante dans la salle, avant le début de chaque représentation, afin d'avertir les parents.

« Je suis une maman, alors je préfère que les gens soient au courant », fait valoir l'animatrice.

Un nouveau métier

Une trentaine de représentations, quelque 30000 spectateurs et, déjà, un billet d'or (50000 billets vendus) plus tard, Véronique Cloutier continue d'apprendre un nouveau métier.

« À la télé, on n'exigera pas que tu sois drôle. Quand j'animais Les Enfants de la télé, par exemple, si j'arrivais à faire rire, c'était un bonus, explique-t-elle. Là, les gens payent pour venir voir un spectacle d'humour. Alors si je sors de mon texte, j'ai intérêt à ne pas me perdre et à être 'plate'en improvisant! »

Carburant aux défis, elle apprécie cette nouvelle forme de mise en danger. Et arrive de mieux en mieux à gérer les temps morts.

« Le premier soir, à Saint-Hyacinthe, je l'ai passé complètement désynchronisée. Les gens riaient et moi, tout ce que j'entendais dans ma tête, c'est une petite voix qui me disait : 'Enchaîne!' raconte-t-elle. À chaque fois qu'on monte sur scène, Louis me rappelle toujours de vivre avec le rire... Ou l'absence de rires, qui peut autant déstabiliser, tu sais! »

Son mari ne se trompait pas lorsqu'il prédisait, il y a environ un an dans Le Soleil, que du moment où le rire allait « lui rentrer dans le ventre », qu'elle y deviendrait accro.

« Il me connaît bien! s'exclame la principale intéressée. J'aime faire rire depuis que je suis toute petite mais là, c'est en train de devenir une drogue! »

La famille avant tout

S'il a été impossible de parler à Louis Morissette, c'est parce qu'il est en plein tournage de son film Le Mirage, dont il signe le scénario et dans lequel il joue, sous la direction du réalisateur Ricardo Trogi. « Il est justement pris à Charlevoix, où la pluie leur a fait prendre du retard mardi... Mais il n'aura pas le choix de rentrer : on a trois spectacles à Brossard à compter de jeudi (dernier)! » lance Véronique Cloutier.

Elle a peut-être quitté la télé, l'animatrice est encore au micro de Rythme FM, entre autres. Lui cumule les projets (plusieurs séries en préproduction, la coproduction du prochain Bye Bye...). « La perception que Louis est 'le chum de...' est encore très présente, alors que dans la réalité, il roule plus que moi depuis deux ou trois ans. Nos vies ont beaucoup changé », fait valoir sa partenaire de scène et au quotidien.

La conciliation travail-famille, le couple connaît, donc. C'est notamment une des raisons qui expliquent que la tournée Les Morissette pourrait bien les tenir occupés jusqu'en 2017.

« On étire ça parce que nous ne jouons pas du mardi au samedi. Comme nous tenons à être présents pour nos enfants (âgés de cinq, 10 et 12 ans), et que nous les amenons le plus souvent possible avec nous sur la route, nous concentrons les représentations les vendredis et samedis. C'est pour ça qu'après les supplémentaires à Gatineau déjà prévues en mai 2015, on ne pourra vraisemblablement pas revenir avant l'automne prochain. C'est le choix que Louis et moi avons fait et que nous assumons, de par notre réalité familiale. » (V.L.)

POUR Y ALLER

OÙ? Maison de la culture de Gatineau

QUAND? Les 21, 22 et 23 mai, 20 h (en supplémentaires)

RENSEIGNEMENTS? 819-243-2525; salleodyssee.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer